Mémoire

12 mars 2015 - Limoges - Rencontres de l' IiRCO : "Mémoires des crimes de masse"

 
En partenariat avec l’association Caucase Arménie Plus, l'Institut international de recherche sur la conflictualité, l'IiRCO, oragnise le 12 mars à la Faculté de droit et des sciences économiques de l'université de Limoges les rencontres sur "Mémoires des crimes de masse" .
En matière de crimes de masse, le XXème siècle restera celui de l’épouvante. Il s’est ouvert avec l’extermination des populations arméniennes dans l’Empire Ottoman pendant la Première guerre mondiale, et s’est terminé avec le génocide des Tutsis au Rwanda au milieu des années 1990 et le nettoyage ethnique en Ex-Yougoslavie. Entre ces deux moments, le monde a connu l’immense tragédie de la Shoah, et les massacres systématiques d’une partie du peuple cambodgien par le régime des Khmers rouges de 1975 à 1979.Cette journée d’étude n’a pas pour but de revenir sur les processus de violence de masse (intentions des génocidaires, mécanismes des crimes), champs de recherche largement parcourus ces dernières années. L’approche souhaitée est celle de l’analyse de la mémoire de ces crimes – il s’agit de dresser un état des lieux de la recherche en ce domaine, de revenir sur la gestion des « traces », les tueurs s’étant partout évertués à les effacer –, sur la gestion des politiques mémorielles (étendue, fonction, signification), leur absence ainsi que sur les phénomènes de négationnisme.

12/03/2015
Limoges
Mémoires des crimes de masse

16 mars 2015, Bruxelles, Palais des Académies - Journée d'étude : « Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien ? » organisée par la Fondation Auschwitz – Mémoire d’Auschwitz


La prochaine journée d'étude de l'ASBL Mémoire d’Auschwitz, intitulée «Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien », aura lieu le lundi 16 mars à Bruxelles au Palais des Académies.
Le génocide des Arméniens de Turquie (1915-1916) suscite toujours de nombreux débats. D’une part, l’obstination des gouvernements turcs de nier cette qualification est en opposition radicale avec sa reconnaissance par de nombreux gouvernements. D’autre part, les communautés arméniennes militent pour cette reconnaissance en construisant la mémoire publique de ce génocide.
 

Programme et Vidéo

11 h 50  : Intervention de Janine Altounian (Paris) : "Comment traduire en mots l’expérience de son propre effacement rencontré lors d’un voyage en Turquie ?"

16/03/2015
Bruxelles - Palais des Académies
Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien ?
Voir la video

Journée d'étude du 29 novembre 2014 sur " Mémoire diasporique et co-création socioculturelle‏ : rester soi en devenant autre" organisée par le Centre National de la Mémoire Arménienne

En partenariat avec la Fondation Napoléon et Léa Bullukian, le CNMA, le Centre National de la Mémoire Arménienne de Décines organise le samedi 29 novembre une journée d'étude : Mémoire diasporique et co-création socioculturelle : « rester soi en devenant autre »Dans le cadre de cette réflexion sur la dynamique d’une communauté pluri-identitaire en devenir permanent proposée par Jules Mardirossian avec le concours de Jean-Claude Métraux, Janine Altounian interviendra sur la dimension politique du "rester soi en devenant autre".

29/11/2014
Centre National de la Mémoire Arménienne Décines
Mémoire diasporique et co-création socioculturelle‏ : rester soi en devenant autre
40 mn
Voir la video

Colloque international du 1er au 3 octobre 2015 sur les "Représentations du génocide des Arméniens et des crimes de masse" organisé par l’université de Moncton, au Canada

À l’occasion du centième anniversaire du génocide des Arméniens, un colloque international et interdisciplinaire intitulé Représentations du génocide des Arméniens et des crimes de masse est organisé à l’université de Moncton, au Nouveau Brunswick, Canada, du 1er au 3 octobre 2015. L’objectif principal de ce colloque consiste à faire le point sur l’avancée des connaissances scientifiques sur ce génocide et plus largement sur les crimes de masse aux XIXe et XXe siècles. Bien que le colloque soit centré sur le génocide des Arméniens, les communications pourront comporter une dimension comparée. A cette occasion, Janine Altounian (Essayiste et traductrice) interviendra le 3 octobre dans le cadre de la journée consacrée à Traces, documents, témoignages à l’usage de l’humanité, à l'atelier "Diversité des statuts et des sources testimoniales" sur le " Parcours d’un écrit de survivant, Vahram Altounian, jusqu’à son inscription dans son héritage et dans celui du monde ".

Représentations du génocide des Arméniens et des crimes de masse
03/10/2015
Université de Moncton, Nouveau Brunswick, Canada

Colloque international du 1er au 3 octobre 2015 sur les "Représentations du génocide des Arméniens et des crimes de masse" organisé par l’université de Moncton, au Canada

À l’occasion du centième anniversaire du génocide des Arméniens, un colloque international et interdisciplinaire intitulé Représentations du génocide des Arméniens et des crimes de masse est organisé à l’université de Moncton, au Nouveau Brunswick, Canada, du 1er au 3 octobre 2015. L’objectif principal de ce colloque consiste à faire le point sur l’avancée des connaissances scientifiques sur ce génocide et plus largement sur les crimes de masse aux XIXe et XXe siècles. Bien que le colloque soit centré sur le génocide des Arméniens, les communications pourront comporter une dimension comparée. A cette occasion, Janine Altounian (Essayiste et traductrice) interviendra le 3 octobre dans le cadre de la journée consacrée à Mémoire, identité, reconnaissance, à l'atelier " Mémoire, commémoration, remémoration" sur le " Parcours d’un écrit de survivant, Vahram Altounian, jusqu’à son inscription dans son héritage et dans celui du monde ".

03/10/2015
Université de Moncton, Nouveau Brunswick, Canada
Représentations du génocide des Arméniens et des crimes de masse

16 mars 2015, Bruxelles, Palais des Académies - Journée d'étude : « Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien ? » organisée par la Fondation Auschwitz – Mémoire d’Auschwitz

La prochaine journée d'étude de l'ASBL Mémoire d’Auschwitz, intitulée « Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien », aura lieu le lundi 16 mars à Bruxelles au Palais des Académies.
Le génocide des Arméniens de Turquie (1915-1916) suscite toujours de nombreux débats. D’une part, l’obstination des gouvernements turcs de nier cette qualification est en opposition radicale avec sa reconnaissance par de nombreux gouvernements. D’autre part, les communautés arméniennes militent pour cette reconnaissance en construisant la mémoire publique de ce génocide. Lire la suite...

Programme et Vidéo

11 h 50  : Intervention de Janine Altounian (Paris) : "Comment traduire en mots l’expérience de son propre effacement rencontré lors d’un voyage en Turquie ?"

Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien ?
16/03/2015
Bruxelles - Palais des Académies

12 mars 2015 - Limoges - Rencontres de l' IiRCO : "Mémoires des crimes de masse"

En partenariat avec l’association Caucase Arménie Plus, l'Institut international de recherche sur la conflictualité, l'IiRCO, oragnise le 12 mars à la Faculté de droit et des sciences économiques de l'université de Limoges les rencontres sur "Mémoires des crimes de masse" .

En matière de crimes de masse, le XXème siècle restera celui de l’épouvante. Il s’est ouvert avec l’extermination des populations arméniennes dans l’Empire Ottoman pendant la Première guerre mondiale, et s’est terminé avec le génocide des Tutsis au Rwanda au milieu des années 1990 et le nettoyage ethnique en Ex-Yougoslavie. Entre ces deux moments, le monde a connu l’immense tragédie de la Shoah, et les massacres systématiques d’une partie du peuple cambodgien par le régime des Khmers rouges de 1975 à 1979.
Cette journée d’étude n’a pas pour but de revenir sur les processus de violence de masse (intentions des génocidaires, mécanismes des crimes), champs de recherche largement parcourus ces dernières années. L’approche souhaitée est celle de l’analyse de la mémoire de ces crimes – il s’agit de dresser un état des lieux de la recherche en ce domaine, de revenir sur la gestion des « traces », les tueurs s’étant partout évertués à les effacer –, sur la gestion des politiques mémorielles (étendue, fonction, signification), leur absence ainsi que sur les phénomènes de négationnisme.
 

15h : Intervention de Janine Altounian, 
Essayiste, membre fondatrice de l’Association internationale de recherche sur les crimes contre l’humanité et les génocides

Le génocide des Arméniens l’héritage traumatique. Exemple de sa transmission chez une « Française d’origine arménienne »

Programme

Mémoires des crimes de masse – Le génocide des Arméniens
12/03/2015
Limoges - Faculté de droit et des sciences économiques

Entretien avec Janine Altounian publié dans la Revue internationale de la fondation Auschwitz : Témoigner, entre histoire et mémoire, n° 119, décembre 2014

Témoigner entre histoire et mémoire – n°119 / Décembre 2014 : Il y a 70 ans, Auschwitz. Retour sur Primo Levi 
Entretien avec Janine Altounian par mené par Luba Jurgenson et Philippe Mesnard 
Si en janvier 2015 on commémore l’ouverture du camp d’Auschwitz, en avril suivant, les regards se porteront sur le centenaire non d’une libération mais du premier génocide du siècle qui a frappé l’ensemble de la communauté arménienne de Turquie en 1915.
Janine Altounian est une des grandes figures du  milieu intellectuel francophone qui portent, depuis plusieurs décades, la conscience du génocide arménien. Elle est de toutes les manifestations d’envergure, elle a publié de nombreux ouvrages sur le génocide et de nombreux articles également sur la langue de Freud, dont elle est une des traductrices, ainsi que sur la transmission traumatique. Surtout, surtout, elle a su rester modeste et accessible, extrêmement modeste face à l’ampleur de la tache qu’elle s’est mise à assumer, alors que trop souvent — tantôt par défense, tantôt en cédant tout simplement au miroitement du moi — l’on voit des acteurs mémoriels augmenter démesurément de taille. 

Nous sommes allés l’interviewer chez elle en compagnie d’Anouche Kunth qui, en tant qu’historienne, travaille sur l’exil et, plus particulièrement, la diaspora arménienne. Lire la suite

Témoigner, entre histoire et mémoire : Il y a 70 ans, Auschwitz. Retour sur Primo Levi
15/12/2014
Paris

" La transmission de l'héritage traumatique " par Janine Altounian : table ronde du 7 mars 2008 à l'Université du Québec

Janine Altounian : la transmission de l'héritage traumatique

Janine Altounian invitée par le Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions à l'Université du Québec à Montréal le 7 mars 2008 pour débattre de " La transmission de l'héritage traumatique ".

Participant-e-s :

Janine Altounian (AIRCRIGE, France)
David Benhaïm (Société psychanalytique de Montréal)
Claudie Gagné (Université Trent)
Arpi Hamalian (Université Concordia)
Simon Harel (CELAT, UQAM)
Nellie Hogikyan (CELAT, UQAM)

 

07/03/2008
Université du Québec
La transmission de l'héritage traumatique
Voir la video

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp à « Cartes sur table » le 13 décembre 2008

Janine Altounian : le traumatisme du séisme et le réveil de la mémoire du génocide


Intervention de Janine Altounian sur Radio Ayp 
dans l'émission Cartes sur table
 le 13 décembre 2008,  animée par Hasmig Papazian. Cette émission est consacrée au Colloque international de Psychanalyse, « Traumatisme, Mémoire et Culture » qui s'est tenu à Erevan en juillet 2008, organisé par le président de l’Association pour le Développement de la Psychanalyse en Arménie et pédo-psychiatre Diran Donabédian,

Programme du Colloque 
Intervention de Janine Altounian en arménien : « Répercussions des événements de 1988 en Arménie sur le travail de  transmission chez une Arménienne de France »

Ont participé à l'émission : Frédéric Khidichian, Psychiatre, membre de la première mission « Psy » mise en place par Médecin du Monde en Arménie en 1989, 
Janine Altounian, auteur notamment de La Survivance, spécialiste de la transmission et de la filliation. 
Gérard Robin, pédo-psychiatre, responsable de Douleur Sans Frontière en Arménie où l’organisation a ouvert un centre médico psychologique pour enfants à Gumri.

56 mn
français
arménien
turc
Syndiquer le contenu