Amour

Séminaire de recherche 2020-21, organisé par le CIPA, sous la direction d'Agnès Antoine et Marie-Laure Dimon, "L’originaire dans le monde, amour/haine ?" 26 novembre - Paris

Le Séminaire de recherche L’originaire dans le monde, amour/haine ? organisé par le Collège International de Psychanalyse et d’Anthropologie (CIPA) sous la direction d'Agnès Antoine et de Marie-Laure Dimon, tous les quatrièmes jeudi du mois, d’octobre 2020 à juin 2021, de 20h30 à 22h30, reçoit le jeudi 26 novembre Janine Altounian pour intervenir autour de son ouvrage : L’effacement des lieux, paru aux PUF, en 2019.

L’originaire dans le monde, amour/haine ?
26/11/2020
Visio pour cause de pandémie

Séminaire de recherche 2020-21, organisé par le CIPA, sous la direction d'Agnès Antoine et Marie-Laure Dimon, "L’originaire dans le monde, amour/haine ?" 26 novembre - Paris

Le Séminaire de recherche L’originaire dans le monde, amour/haine ? organisé par le Collège International de Psychanalyse et d’Anthropologie (CIPA) sous la direction d'Agnès Antoine et de Marie-Laure Dimon, tous les quatrièmes jeudi du mois, d’octobre 2020 à juin 2021, de 20h30 à 22h30, reçoit le jeudi 26 novembre Janine Altounian pour intervenir autour de son ouvrage : L’effacement des lieux, paru aux PUF, en 2019.

Dans le cadre du séminaire, nous poursuivons notre recherche sur la notion de l’originaire et ses traits d’amour et de haine dans leur aptitude à fonder la rencontre entre des trajets individuels et collectifs avec le monde. Ces affects seront envisagés aux confins du biologique et du psychique dans ce sous-bassement de la psyché humaine. Nous interrogerons aussi leur mise en rapport avec le corps sensoriel, et le monde interactif entre l’enfant et sa mère comme moment organisateur de la psyché singulière. Il s’y crée une sensation de continuité affective, source de l’amour humain ; mais aussi source de la haine originaire, qui a pour premier objet le corps dans sa relation au monde. Si la haine est nécessaire, il incombe au sujet d’en faire l’élaboration tout au long de la vie et ce, malgré les métamorphoses, les déplacements et les médiations initiés par Eros.
Car la haine est séparatrice, elle est en chacun de nous sujets et nous la portons au cœur du social. Nous étudierons alors le destin de ces affects amour/haine dans leurs mouvements d’investissement/désinvestissement, de plaisir/déplaisir à soi, au groupe et au social, en passant du singulier au collectif par les signifiants et engrammes pictographiques et en tentant ainsi de repérer l’énigmatique de la condition humaine dans son attachement à la jouissance pure.

Nous étudierons les textes de : J. Altounian, C. David, C. Dejours, S. Faladé, E. de Fontenay, D. Houzel, M. Klein, S. Maiello, B. Roth.

26/11/2020
Visio pour cause de pandémie
L’originaire dans le monde, amour/haine ?
Syndiquer le contenu