Langage

Freud et le langage

Actes du Colloque de Cerisy dirigé par Izabel Vilela avec la collaboration de Jackson Vilela qui s'est tenu du 10 au 17 septembre 2007.

Freud, pour bâtir son appareil à langage (notamment de 1885 à 1915), puise dans plusieurs domaines. Il s’inspire, largement, surtout dans le stade pré-analytique de sa pensée, de travaux portant sur le langage voire sur la linguistique.
Au-delà de K. Abel et H. Sperber, il faut compter l’influence fondamentale et directe de B. Delbrück, ce remarquable linguiste allemand dont les idées sont très proches de celles de Saussure et qui s’occupe des effets du psychisme sur le langage. Delbrück inspire chez Freud, entre autres notions, celle — centrale — d’association libre.
Mais l’intérêt pour le langage et la linguistique vient aussi à Freud par des voies indirectes: c’est le cas du linguiste H. Steinthal par l’intermédiaire du médecin aphasiologue A. Kussmaul. De l'appareil à langage freudien, la syntaxe de Saussure et Delbrück jusqu'à Lacan il aura suffi d’un pas: "l’inconscient structuré comme un langage". Entre le "mécanisme de la langue" (Saussure, Cours de linguistique générale, recherche sur les Anagrammes, etc.) qui inspire Lacan et le mécanisme des associations libres, les analogies sont remarquables. Dans ce contexte, qu’en est-il de Benveniste, Jakobson, Peirce, Pichon...?

Freud et le langage
Direction par Izabel Vilela, avec la collaboration de Jackson Vilela
« Langage et inconscient »
français
2018
662
978-2-9535719-1-2

Colloque de Cerisy du 10 au 17 septembre 2007 : Freud et le langage

Colloque organisé à Cerisy par Izabel Vilela, dont les actes de colloque ont été publiés en 2018 par la revue internationale Langage et inconscient, dirigée par Jackson et Izabel Vilela.

Argument 

Freud, pour bâtir son appareil à langage (notamment de 1885 à 1915), puise dans plusieurs domaines. Il s’inspire, largement, surtout dans le stade pré-analytique de sa pensée, de travaux portant sur le langage voire sur la linguistique.
Au-delà de K. Abel et H. Sperber, il faut compter l’influence fondamentale et directe de B. Delbrück, ce remarquable linguiste allemand dont les idées sont très proches de celles de Saussure et qui s’occupe des effets du psychisme sur le langage. Delbrück inspire chez Freud, entre autres notions, celle — centrale — d’association libre.
Mais l’intérêt pour le langage et la linguistique vient aussi à Freud par des voies indirectes: c’est le cas du linguiste H. Steinthal par l’intermédiaire du médecin aphasiologue A. Kussmaul. De l'appareil à langage freudien, la syntaxe de Saussure et Delbrück jusqu'à Lacan il aura suffi d’un pas: "l’inconscient structuré comme un langage". Entre le "mécanisme de la langue" (Saussure, Cours de linguistique générale, recherche sur les Anagrammes, etc.) qui inspire Lacan et le mécanisme des associations libres, les analogies sont remarquables. Dans ce contexte, qu’en est-il de Benveniste, Jakobson, Peirce, Pichon...?

Intervention Janine ALTOUNIAN : Les trois styles de Freud et leur imbrication

17/09/2007
Cerisy
Freud et le langage

« Freud, une langue de rêve » : conférence de Psychiatrie française du 15 mars 2004

Janine Altounian : la langue du rêve chez Freud

Freud, une langue de rêve : conférence tenue le 15 mars 2004  aux Conférences de Psychiatrie française à l’hôtel Lamoignon.
 
15/03/2004
Hôtel Lamoignon - Paris
Le rêve au coeur de la psychanalyse freudienne
Voir la video

Entre les mots qui manquent et ceux auxquels il faudrait se fier

« Entre les mots qui manquent  et ceux auxquels il faudrait se fier » in Confiance et langage sous la direction de Éliane Allouch, Jean-François Chiantaretto, Simon Harel, Jean-Pierre Pinel, Éditions in press, 2010.
Confiance et langage sous la direction de Éliane Allouch, Jean-François Chiantaretto, Simon Harel, Jean-Pierre Pinel
10/03/2010
français
Entre les mots qui manquent et ceux auxquels il faudrait se fier
2010

Un héritage traumatique ne se met à parler que déplacé dans le temps et l’espace culturel

Arménie : de l’abîme aux constructions d’identité, sous la direction de Denis Donikian et Georges Festa
10/10/2009
français
Un héritage traumatique ne se met à parler que déplacé dans le temps et l’espace culturel
2009

Après un génocide il n’y a plus d’exil - Comment parler à l’autre quand le fantasme du retour ne parle plus?

« Après un génocide il n’y a plus d’exil - Comment parler à l’autre quand le fantasme du retour ne parle plus? » in Intersignes, n° 14-15, "Clinique de l’exil".
Cahiers Intersignes
16/02/2000
français
Après un génocide il n’y a plus d’exil - Comment parler à l’autre quand le fantasme du retour ne parle plus?
2000
Syndiquer le contenu