Linguistique

Inauguration de l'entrée du "Journal de Vahram Altounian" au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France - 30 septembre 2022


La Bibliothèque nationale de France
inaugure le 30 septembre 2022, en présence de Janine Altounian, l’entrée du Journal de Vahram Altounian (BnF, MSS, Arménien 350) dans les collections de la BnF au Département des Manuscrits de Richelieu, avec la participation de Krikor Beledian, chercheur et écrivain de langue arménienne, poète et romancier, maître de conférences émérite à l’Institut des langues et civilisations orientales, et Raymond H. Kévorkian, historien et directeur de recherche honoraire à l'université Paris 8, spécialiste de l’étude des violences de masse, membre de l’Académie nationale des Sciences d’Arménie et Président de la Fondation Musée-Institut du génocide des Arméniens à Erevan.

Inauguration de l'entrée du "Journal de Vahram Altounian" à la BnF
30/09/2022
Bibliothèque nationale de France - Site Richelieu, Salle Émilie du Châtelet

Inauguration de l'entrée du "Journal de Vahram Altounian" au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France - 30 septembre 2022


La Bibliothèque nationale de France inaugure le 30 septembre 2022, en présence de Janine Altounian, l’entrée du Journal de Vahram Altounian (BnF, MSS, Arménien 350) dans les collections de la BnF au Département des Manuscrits de Richelieu, avec la participation de Krikor Beledian, chercheur et écrivain de langue arménienne, poète et romancier, maître de conférences émérite à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), et Raymond H. Kévorkian, historien et directeur de recherche honoraire à l'université Paris 8, spécialiste de l’étude des violences de masse, membre de l’Académie nationale des Sciences d’Arménie et Président de la Fondation Musée-Institut du génocide des Arméniens à Erevan.

Interventions :

- Ouverture de la rencontre par Laurent Héricher1, conservateur général, chef du service des manuscrits orientaux et chargé des manuscrits hébreux au département Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France

- Destins du manuscrit de son père par Janine Altounian (disponible au télechargement dans la colonne de droite)

- « Langue du bourreau et écoute de la victime » par Krikor Beledian

- « Le statut du témoignage » par Raymond H. Kévorkian                        

Légende : Le génocide des Arméniens (1915 - 1916) - Carte des déportations, des massacres et des camps de concentration ©Raymond Kévorkian (cliquer sur la carte pour l'agrandir).

30/09/2022
Bibliothèque nationale de France - Site Richelieu, Salle Emilie du Châtelet
Inauguration de l'entrée du "Journal de Vahram Altounian" au Département des Manuscrits de la BnF
50 mn
Lecture de la version originale en langue turque du Journal de Vahram
Voir la video
1h23

Présences du traducteur

Cet ouvrage publié chez Classiques Garnier en juin 2021 examine la présence du traducteur dans quatre domaines essentiels : l’enseignement de la traduction ; l’importance de la fonction créative et de l’écriture dans le processus de traduction ; l'ancrage de l'activité de traduction dans l’inconscient ; enfin l’histoire des discours des traducteurs.

Si le processus de transfert linguistique et culturel est au coeur de la traductologie, il a fallu attendre la fin du XXe siècle pour que l'on s'intéresse au traducteur lui-même. Cet ouvrage montre sa présence croissante dans quatre domaines essentiels de ce qui est désormais considéré comme un métier en soi : l'enseignement de la traduction ; l'importance de la fonction créative et de l'écriture dans le processus traductif ; l'ancrage partiel de l'activité traductive dans l'inconscient (la traduction comme modèle d'interprétation du travail de l'inconscient chez Freud, comme désir de revenir à la « langue originaire » chez Walter Benjamin) ; enfin l'histoire des discours des traducteurs, révélatrice de l'espace de liberté conquis peu à peu.

Contribution de Janine Altounian : Traduction linguistique et traduction psychique.

Présences du traducteur
Sous la direction de Véronique Duché et Françoise Wuilmart avec les contributions de Sophie Léchauguette, Véronique Béghain, Katarína Bednárová, Silvia Kadiu, Claire de Oliveira, Esa Hartmann, Patrick Hersant, Sarah Neelsen, Capucine Echiffre, Françoise Wuilmart, Thilde Barboni, Christophe Jouanlanne, Janine Altounian, Adelia Lucattini, Nadia Cernogora et Alice Vintenon, Carole Primot, Alexandra Sfoini, et Luc Arnault.
Translatio, n° 9
français
2021
319
978-2-406-11220-4

Conférence à Aix le 15 mars 1997 - Exil et migrations dans la langue, Être expulsé de sa langue

Participation de Janine Altounian à la conférence organisée par Roland Gori et Jacques Hassoun le 15 mars 1997 à Aix, "Exil et migrations dans la langue, Être expulsé de sa langue".

15/03/1997
Aix
Exil et migrations dans la langue, Être expulsé de sa langue

Rencontre " Les mots et le génocide" du 22 au 24 février 2008 à Romainmôtier - Direction des affaires culturelles et sociales

Intervention le 23 février de Janine Altounian : Les mots absents, ou "Témoignages, et récits du Génocide, le rapport au temps et aux générations".

Voir l'article publié dans l'ouvrage collectif Les Mots du génocide sous la direction de Régine Waintrater et David Collin, publié aux éditions MétisPress en 2011.

-
 

23/02/2008
Suisse - Direction des affaires culturelles et sociales - L’arc, Cour du Cloître 1323 Romainmôtier
Les mots et le génocide

Les Mots du génocide

Le langage est une arme de destruction massive. Utilisés, tronqués, et réinventés par les bourreaux, les mots stigmatisent les individus, les réduisent au rang d’animaux nuisibles, insinuent leur disparition, mettent en œuvre un processus d’élimination, et réfutent l’existence du génocide au moment où il est en train de s’accomplir. Pur négationnisme.

L’un des premiers à mettre en évidence cette utilisation du langage fut le philologue Victor Klemperer, entre 1933 à 1945, lui, juif allemand constamment menacé d’être déporté par les nazis. À l’écoute de la radio, lisant les journaux et livres qui véhiculaient l’idéologie nazie, Klemperer analyse la perversion d’un langage utilisé à des fins criminelles, et comprend ce qui se joue au sein du langage : la préparation des esprits à la destruction des juifs, et la mise en œuvre du génocide. Les mots tuent. Ils conduisent aux chambres à gaz et aux fosses d’Ukraine. Klemperer comprend que le processus de « purification » entrepris par les nazis, commence par une une distorsion du langage.

L’étude de Klemperer est le point de départ d’une réflexion plus large sur le rôle du langage avant, pendant et après les génocides du xxe siècles. Comparaisons et réflexions amorcées lors de plusieurs rencontres interdisciplinaires entre 2008 et 2009. Si les savoirs ont été convoqués, la parole essentielle des survivants était au centre des débats. Avec cette interrogation constante sur les mots «génocide», «guerre» et «témoins», et la volonté de retourner contre eux le langage pervers des bourreaux et des négationnistes, d’en expliciter les mécanismes.

Les auteurs réunis dans cet ensemble d’études et de témoignages apportent tous de nouveaux éléments de réflexion au débat commun, mais aussi dans certains cas, pour leur relation directe avec les événements dramatiques que nous étudions, puisque certains d’entre eux sont des rescapés ou des proches de rescapés du génocide, et portent une parole qui nous relie toujours au réel, aussi inimaginable soit-il: «oui, c’est bien arrivé, et cela pourrait recommencer demain.»

Voir page 37 - 50 : Entrée "Les mots absents" par Janine Altounian. Cet article fait suite à l'intervention que l'auteure a faite à une rencontre "Les mots et le génocide" organisée à Romainmôtier (Suisse) en 2008 par la Direction des affaires culturelles et sociales.

Les Mots du génocide
Collectif sous la direction de Régine Waintrater et David Collin
IMPRESCRIPTIBLE.
français
2011
212
9782940406241

Le petit cahier/Janine Altounian publié dans le cadre du projet NON-LIEUX DE L'EXIL - Displaced objects, coordonné par A. Galitzine-Loumpet

Photo reproduisant la p.49 de « Mémoires du génocide arménien, héritage traumatique et travail analytique » (1)Le projet Displaced Objects fait partie intégrante des projets menés par le programme de recherche du séminaire de l'EHESS/CNRS « Non-lieux de l’exil » fondé en 2011 par Alexandra Galitzine-Loumpet et Alexis Nuselovici. Le séminaire Non-lieux de l’exil  est accessible par sur carnet de recherche du groupe.

Coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet, il a débuté en décembre 2015. Son terme est pour l’instant imprédictible.

Photo reproduisant la p.49 de « Mémoires du génocide arménien, héritage traumatique et travail analytique » (1)
 

Le petit cahier/Janine Altounian publié dans le cadre du projet NON-LIEUX DE L'EXIL - Displaced objects, coordonné par A. Galitzine-Loumpet
Janine Altounian avec la collaboration d'Alexandra Galitzine-Loumpet coordinatrice du projet
français
2016

Interview de Janine Altounian dans « Le Journal de la philosophie » sur France Culture le 10 juillet 2012

Janine Altounian• Crédits : Pauline Darvey - Radio FranceJanine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de François Noudelmann sur France Culture dans Le Journal de la philosophie le 10 juillet 2012. Janine Altounian est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l'harmonisation dans l'équipe éditoriale des Oeuvres Complètes de Freud aux Presses Universitaires de France. Elle est aussi un des membres fondateurs d'AIRCRIGE (Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides). Elle revient ici sur son dernier ouvrage, De la cure à l'écriture. L'élaboration d'un héritage traumatique, publié aux PUF en 2012.

 

9 mn
français

Interview de Janine Altounian dans « Les Vendredis de la philosophie » sur France Culture le 28 mars 2003

Emission consacrée à "Traduire la philosophie" sur France Culture : Janine Altounian, traductrice, essayiste

Janine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de François Noudelmann sur France Culture dans Les Vendredis de la philosophie, émission enregistrée le 7 février et diffusée le 28 mars 2003. Janine Altounian est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l'harmonisation dans l'équipe éditoriale des Oeuvres Complètes de Freud aux Presses Universitaires de France. Elle est aussi un des membres fondateurs d'AIRCRIGE (Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides). Elle revient ici sur son dernier ouvrage, L'écriture de Freud : Traversée traumatique et traduction, publié aux PUF en 2003.

 

12 mn
français

Rencontre du 2 mai 2012 du séminaire EHESS « Non-lieux de l’exil » coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet : "le désir de traduire naît de l'impossibilité à traduire un plaisir ou une perte"

Cette rencontre s'nscrit dans le cadre du programme de recherche du séminaire de l'EHESS/CNRS « Non-lieux de l’exil » fondé en 2011 par Alexandra Galitzine-Loumpet et Alexis Nuselovici et hébergé à la Fondation Maison des sciences de l'homme (2012-2015).

Coordonnée par Alexandra Galitzine-Loumpet, la rencontre du 2 mai a pour thème " le désir de traduire naît de l'impossibilité à traduire un plaisir ou une perte" avec Janine Altounian, Boris Chukhovich et Anouche Kunth.

I
 

02/05/2012
Paris
le désir de traduire naît de l'impossibilité à traduire un plaisir ou une perte
Syndiquer le contenu