Langue arménienne

Krikor Beledian et la Littérature arménienne contemporaine

Krikor Beledian est un auteur majeur de la littérature contemporaine, écrivant en arménien occidental et vivant en France (maître de conférences à l'Inalco jusqu'en 2012). Ce volume paru aux Pressses de l'INALCO en février 2021 sous la direction de Anaïd Donabédian, Siranush Dvoyan et Victoria Khurshudyan, est le premier volume scientifique international consacré à son oeuvre. Il fait suite au colloque international qui s'est tenu à l'Inalco en septembre 2015. Revoir le Colloque et son programme.

Avec les contributions de Catherine Coquio, Valentina Calzolari, Janine Altounian, Hakob Gulludjian, Siranush Dvoyian, Mgr. Norvan Zakarian, Sonia Bekmezian, Nathalie Karamanoukian, Jennifer Manoukian, Anahide Ter Minassian, Nanor Kebranian, Marc Nichanian, Raffi Ajemian, et Haroutiun Kurkjian. 

Janine Altounian : « Ma rencontre avec Krikor Beledian, détenteur et traducteur d’une culture perdue. » Vidéo à revoir.

Krikor Beledian et la Littérature arménienne contemporaine
Sous la direction de Anaïd Donabédian, Siranush Dvoyan et Victoria Khurshudyan. Avec les contributions de Catherine Coquio, Valentina Calzolari, Janine Altounian, Hakob Gulludjian, Siranush Dvoyian, Mgr. Norvan Zakarian, Sonia Bekmezian, Nathalie Karamanoukian, Jennifer Manoukian, Anahide Ter Minassian, Nanor Kebranian, Marc Nichanian, Raffi Ajemian, et Haroutiun Kurkjian.
Europe(s)
Edition bilingue français-arménien
français
arménien
2021
412
978-2-85831-382-2

Pour parler sa langue, il faut apprendre celle de l'autre

« Pour parler sa langue, il faut apprendre celle de l'autre » in Haratch Mindk yev Arvest, Dimanche 3 Juillet 1994, p. 3.
Haratch Mindk yev Arvest
15/07/1994
français
Pour parler sa langue, il faut apprendre celle de l'autre
1994

Faute de parler ma langue - L’arménien qui me parle, que je ne parle pas

Janine Altounian. « Faute de parler ma langue - L’arménien qui me parle, que je ne parle pas » in Les Temps Modernes, mai 1986, n° 478

Cet article a été republié dans le livre "Ouvrez-moi seulement les chemins d'Arménie "... : un génocide aux déserts de l'inconscient.

Les Temps Modernes
15/05/1986
français
Faute de parler ma langue - L’arménien qui me parle, que je ne parle pas
1986
Syndiquer le contenu