Génocide arménien 1915

Entretien avec Janine Altounian publié dans la Revue internationale de la fondation Auschwitz : "Témoigner, entre histoire et mémoire", n° 119, décembre 2014


Témoigner entre histoire et mémoire – n°119 / Décembre 2014 : Il y a 70 ans, Auschwitz. Retour sur Primo Levi 

Entretien avec Janine Altounian par mené par Luba Jurgenson et Philippe Mesnard 
Si en janvier 2015 on commémore l’ouverture du camp d’Auschwitz, en avril suivant, les regards se porteront sur le centenaire non d’une libération mais du premier génocide du siècle qui a frappé l’ensemble de la communauté arménienne de Turquie en 1915.

Janine Altounian est une des grandes figures du  milieu intellectuel francophone qui portent, depuis plusieurs décades, la conscience du génocide arménien. Elle est de toutes les manifestations d’envergure, elle a publié de nombreux ouvrages sur le génocide et de nombreux articles également sur la langue de Freud, dont elle est une des traductrices, ainsi que sur la transmission traumatique. Surtout, surtout, elle a su rester modeste et accessible, extrêmement modeste face à l’ampleur de la tache qu’elle s’est mise à assumer, alors que trop souvent — tantôt par défense, tantôt en cédant tout simplement au miroitement du moi — l’on voit des acteurs mémoriels augmenter démesurément de taille.

Nous sommes allés l’interviewer chez elle en compagnie d’Anouche Kunth qui, en tant qu’historienne, travaille sur l’exil et, plus particulièrement, la diaspora arménienne. Lire la suite

français

Interview de Janine Altounian avec Anahide Ter Minassian dans « Foi et traditions des chrétiens orientaux » sur France Culture le 13 décembre 2009



Janine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de Jean-Pierre Enkiri avec Anahide Ter Minassian sur France Culture dans l'émission Foi et traditions des chrétiens orientaux  enregistrée le 21 octobre et diffusée le 13 décembre 2009 à l'occasion de la parution du livre de Janine Altounian Mémoires du génocide arménien, Héritage traumatique et travail analytique publié aux Editions des PUF en 2009. 

 

29 mn
français

« Un Génocide pour Héritage » : table ronde du 23 juin 2015 proposée par l’Union Arménienne de Suisse (UAS)


Dans le cadre de la commémoration du Centième anniversaire du génocide des Arméniens, L’Union Arménienne de Suisse organise le 23 juin une table ronde autour du thème « Un Génocide pour Héritage »Proposant une approche psychanalytique du traumatisme arménien, juif et tutsi, les intervenants traiteront de la question des «Répercussions des Génocides à travers les Générations».

Avec :

JANINE ALTOUNIAN, traductrice de l’œuvre de S. Freud, écrivain,

MURIEL KATZ, Dr psychiatre, Maître d'Enseignement et de Recherche en psychologie /UNIL,

PATANA MULISANZE, Dr psychiatre, Président de l’Association Santé Mentale Suisse-Rwanda,

PAPAZIAN BERDJ, Dr. psychiatre enfant-adolescent-adulte, psychanalyste SSPsa,

SASKIA VON OVERBECK OTTINO, Dr. ethnopsychiatre, psychanalyste SSPsa,

IRENE NIGOLIAN, Dr. psychiatre adolescent-adulte, psychanalyste SSPsa.

23/06/2015
Château de Penthes - Genève, Suisse
Un Génocide pour Héritage

Documentaire réalisé par Jocelyne Sarian : Le 1Bis Chroniques arméniennes qui retrace l’histoire de familles arméniennes victimes du génocide de 1915

Ce documentaire de 28’, réalisé par Jocelyne Sarian, retrace l’histoire de familles arméniennes victimes du génocide de 1915. A partir de 1926 ces réfugiés furent accueillis au 1Bis rue Rouget de L’Isle, à Choisy-le-Roi. Le récit s’appuie sur le journal intime de Hrant Sarian, grand père de la réalisatrice. Il a commencé à l'écrire à 15 ans, dès le début de son exode. Les témoignages de locataires et d'analystes sur le génocide arménien complètent ces chroniques, comme Janine Altounian, essayiste et traductrice de l’oeuvre de Freud et spécialiste de la transmission traumatique qui évoque la place des absents et l’importance et le sens d’une langue.
Une histoire entre l’Orient et l’Occident qui résonne jusqu'à nos jours. La voix du grand père est interprétée par Pascal Légitimus, lui aussi proche du 1Bis par la famille de sa mère.

 

26/10/2015
1Bis rue Rouget de L’Isle - Choisy-le-Roi
Documentaire : Chroniques arméniennes
Voir la video
Durée : 30 mn

Colloque « Le génocide des arméniens 1915-2015. Discours et représentations » du 5 et 6 février 2015 - Montpellier, Université Paul-Valéry

Le génocide des Arméniens 1915-2015 : Discours et représentations - Colloque international organisé à l’université Paul-Valéry, 5 et 6 février 2015  organisé par Annick Asso, Héléna Demirdjian et Patrick Louvier Manifestation co-organisée par le RIRRA 21 et l’EA C.R.I.S.E.S.

Intervention Janine Altounian, essayiste, traductrice (Freud, Œuvres complètes, PUF) : « Quelques représentations en palimpseste lors d’un séjour au pays des ancêtres » 6 février, 9h45.

Pour marquer la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens perpétré en 1915 sous le gouvernement des Jeunes-Turcs, le RIRRA 21 et le laboratoire C.R.I.S.E.S. organisent un colloque intitulé « Le génocide des Arméniens 1915-2015. Discours et représentations ». L’enjeu de ce colloque est de considérer le génocide des Arméniens dans son rapport avec les textes et les images qu'il a produits et qui ont pérennisé son actualité et sa mémoire, en résistance à la volonté d'anéantissement du bourreau. L'une des particularités du génocide arménien est que cent ans après les faits, il n’est toujours pas reconnu par la Turquie, héritière de l'Empire ottoman. Devenu au cours de l’Histoire un enjeu politique, le génocide est, dans le cas arménien, non seulement un objet d’Histoire mais aussi un objet politisé, ce qui influence les formes de ses représentations et les discours historiographiques. Lire la suite

06/02/2015
Université Paul - Valéry Montpellier 3
Colloque « Le génocide des arméniens 1915-2015. Discours et représentations »

Semaine de la Mémoire et de l'Engagement au sein du lycée Thierry Maulnier à Nice du 25 au 29 avril 2016

Dans le cadre du Volet Mémoire, du 25 au 29 avril 2016, le lycée Thierry Maulnier de Nice a organisé une très belle semaine consacrée à la mémoire, l'engagement, la citoyenneté et la Solidarité Internationale avec un cycle de conférences, de témoignages, de projections de film, de pièces de théâtre....autour des trois génocides du 20ème siècle : le génocide arménien, la Shoah et le génocide au Rwanda

En présence des personnalités politiques de la région, Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes, Michel-Jean Floc'h, Inspecteur d'Académie des Alpes-Maritimes, Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes, adjointe au maire de Nice, Charles Scibetta, conseiller départemental, maire de Carros et Pascal Rostan, proviseur du lycée, des conférenciers de tous horizons, journalistes, écrivains, sociologues, historiens, médecins, témoins et rescapés, sont venus s'exprimer devant les élèves de l'établissement et échanger avec eux : Marcel Kabanda président de l'association Ibuka. Pinar Selek, écrivain et sociologue, Hélios Azoulay, compositeur et écrivain, Janine Altounian, essayiste et traductrice, Gaudhiose Luhaye, chercheur en éthique à l'Université de Strasbourg, Beata Umubyeyi Mairesse, auteure franco-rwandaise, Francine Mayran, psychiatre, écrivain et peintre.

Le programme des conférences

Intervention de Janine Altounian : Survivance, traumatisme et transmission intergénérationnelle.

25/04/2016
Lycée Thierry Maulnier - Nice
Semaine de la commémoration : Mémoire, Engagement, Citoyenneté et Solidarité Internationale

Semaine de la Mémoire et de l'Engagement au sein du lycée Thierry Maulnier à Nice du 25 au 29 avril 2016

Dans le cadre du Volet Mémoire, du 25 au 29 avril 2016, le lycée Thierry Maulnier de Nice a organisé une très belle semaine consacrée à la mémoire, l'engagement, la citoyenneté et la Solidarité Internationale avec un cycle de conférences, de témoignages, de projections de film, de pièces de théâtre....autour des trois génocides du 20ème siècle : le génocide arménien, la Shoah et le génocide au Rwanda
En présence des personnalités politiques de la région, Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes, Michel-Jean Floc'h, Inspecteur d'Académie des Alpes-Maritimes, Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes, adjointe au maire de Nice, Charles Scibetta, conseiller départemental, maire de Carros et Pascal Rostan, proviseur du lycée, des conférenciers de tous horizons, journalistes, écrivains, sociologues, historiens, médecins, témoins et rescapés, sont venus s'exprimer devant les élèves de l'établissement et échanger avec eux : Marcel Kabanda président de l'association Ibuka. Pinar Selek, écrivain et sociologue, Hélios Azoulay, compositeur et écrivain, Janine Altounian, essayiste et traductrice, Gaudhiose Luhaye, chercheur en éthique à l'Université de Strasbourg, Beata Umubyeyi Mairesse, auteure franco-rwandaise, Francine Mayran, psychiatre, écrivain et peintre.

Semaine de la Mémoire et de l'Engagement
25/04/2016
Lycée Thierry Maulnier - Nice

« Marseille : les rescapés du Génocide » : Emission du Dimanche 24 avril 2016 - 9h30 à 10h00 - France 2

 

A l'occasion du 101ème anniversaire des commémorations du génocide des Arméniens, l'émission "Chrétiens orientaux foi, espérance et traditions" diffusée le 24 avril 2016 a consacré son émission à l'arrivée et à l'installation des Arméniens à Marseille. 

« Marseille : les rescapés du Génocide »

Dans les années vingt, Marseille a vu débarquer sur le port de la Joliette près de 100 000 rescapés du Génocide. Certains sont partis en remontant le Rhône à la recherche de travail, d’autres en Amérique. Mais plus de 35 000 sont restés sur place. Ils ont été accueillis par la petite communauté locale qui était déjà présente dans des camps de transit ou des foyers. Après un temps de reconstruction personnelle, ils ont trouvé du travail, construit leur maison, tout en bâtissant huit églises/écoles à travers la ville. Ces chrétiens se sont implantés dans des villages en se regroupant par région d’origine. Ils sont le témoignage d’une foi vécue et de leur volonté de vivre après avoir connu l’horreur.

Cette émission illustre bien les dernières lignes du Journal de Vahram Altounian : 

« En novembre 1919 on a pris le bateau et on est arrivé à Marseille sept jours plus tard, c’est-à-dire en décembre. Le 2 décembre, le soir nous étions à Lyon. Trois mois plus tard, j’ai compris que mon frère voulait s’en aller à Paris. Il m’a emmené avec lui [...] Le 7 aout, c’était le mariage d’Artine. Moi, je suis resté ici; eux, ils sont partis à Paris pour se marier à l’église arménienne. Ils y ont célébré aussi le mariage de Manoug.»

Marseille : les rescapés du Génocide
24/04/2016
France 2 : Chrétiens orientaux foi, espérance et traditions

Janine Altounian racontée par Tigrane Yégavian sur 100 Lives, le site qui rend hommage à ceux qui ont aidé les Arméniens il y a 100 ans

JANINE ALTOUNIAN No 223

par Tigrane Yegavian

Lorsqu’elle prend la parole, ses mains – minces et ridées - font des gestes précis. Le temps passe, mais cette grande dame à l’allure sobre et élégante n’a rien perdu de sa vivacité … ainsi que de son franc-parler. Esprit fin, pétri d’intelligence Janine Altounian est avant tout une enfant de la première génération des Arméniens de France, de ceux qui ont récréé un foyer à la force du poignet. Ils lui ont transmis l’amour du travail et de la persévérance. Et si bien plus tard, elle a trouvé dans la psychanalyse sa voie, c’est pour mieux se réapproprier son héritage traumatique au-delà des barrières générationnelles.

Lire la suite de l'entretien sur le site de 100 Lives

Janine Altounian racontée par Tigrane Yégavian sur 100 Lives, le site qui rend hommage à ceux qui ont aidé les Arméniens il y a 100 ans
20/02/2016
Site de 100Lives.com

Janine Altounian racontée par Tigrane Yégavian sur 100 Lives, le site qui rend hommage à ceux qui ont aidé les Arméniens il y a 100 ans

A PROPOS DE 100 LIVES
100 LIVES est une initiative conduite par Vartan Gregorian, Ruben Vardanyan et Noubar Afeyan, et d'autres personnalités d'origine arménienne, qui sans les actes de bravoure commis il y a un siècle, n’auraient jamais pu réaliser leurs œuvres respectives.

Notre objectif est double: il s’agit de rendre hommage à ceux qui ont aidé les Arméniens il y a 100 ans et, fidèles à leur esprit, poursuivre leur action en aidant les personnes et organisations qui maintiennent vivant cet héritage.
 

RÉVÉLER LES HISTOIRES QUI DOIVENT ÊTRE RACONTÉES....

Même aux moments les plus sombres de l'histoire humaine, quelques lueurs subsistent. Il y a cent ans, un grand nombre de personnes courageuses sont venues aider les Arméniens, au moment où ils en avaient le plus besoin. Grâce à leurs actions, un peuple a survécu malgré toutes les embûches. Aujourd'hui, la générosité anime le cœur de chaque Arménien. 100 ans plus tard, il est désormais temps de partager ces histoires.

français
arménien
Syndiquer le contenu