Traduire

Parution du dernier livre de Janine Altounian : L'effacement des lieux - Autobiographie d'une analysante, héritière de survivants et traductrice de Freud

Dans cet ouvrage publié aux Puf, en février 2019, Janine Altounian qui recourt à l’autobiographie et à la psychanalyse témoigne de son expérience d’analysante singulière, ayant travaillé d’une part à la traduction des survivants à un génocide aux lieux effacés, d’autre part à celle des Œuvres complètes de Freud sous la direction de Jean Laplanche.

Parution du dernier livre de Janine Altounian
06/02/2019
Puf - Paris

L'effacement des lieux - Autobiographie d'une analysante, héritière de survivants et traductrice de Freud

Dans cet ouvrage publiè aux Puf, qui recourt à l’autobiographie et à la psychanalyse, Janine Altounian témoigne de son expérience d’analysante singulière, ayant travaillé d’une part à la traduction des survivants à un génocide aux lieux effacés, d’autre part à celle des Œuvres complètes de Freud sous la direction de Jean Laplanche.

Cherchant à traduire les traces de la disparition d’une culture et de ses lieux afin d’en inscrire l’effacement, elle décline les conditions de cette traduction selon trois perspectives :

– Une expérience d’effacement demande à être traduite dans la langue de l’autre pour s’inscrire dans le monde.

– C’est par ce travail de traduction que les héritiers d’un crime de masse peuvent subjectiver et transmettre leur histoire.

– Ce travail de traduction requiert plusieurs générations avant que ce qui a pu être « traduit » au « pays d’accueil » s’inscrive dans le champ culturel et politique de celui-ci.

L'effacement des lieux - Autobiographie d'une analysante, héritière de survivants et traductrice de Freud
Janine Altounian
PUF
français
2019
280
978-2-13-081407-8

Traduzir o que não pôde ser dito por Janine Altounian

"Traduzir o que não pôde ser dito" in Lacuna n° 6 de dezembro de 2016  artigo, n -2, uma revista de psicanálise.

É um pouco embaraçoso estar encarregada da primeira intervenção deste colóquio na medida em que, retomando os termos de sua proposição, minha exposição vai certamente pensar “a tradução […] considerada nos seus efeitos de passarela entre disciplinas”, só que na perspectiva pouco habitual de uma passarela estendida entre a tradução de uma língua para outra e a tradução de uma transmissão psíquica para uma linguagem compartilhável, ou seja, entre os dois campos de minha atividade de tradutora, seja como germanista, seja como herdeira de armênios sobreviventes do genocídio de 1915.

Lacuna
06/12/2016
portugais
Traduzir o que não pôde ser dito por Janine Altounian
2016
Syndiquer le contenu