psychanalyse

La transmission en question(s)

« Ce dont tu hérites de tes pères, acquiers-le pour mieux te l’approprier. » écrit Freud. Omniprésente, la transmission croise mémoire et histoire, valeurs et savoirs. Mobilisée comme slogan, fétiche ou relique, elle est au centre d’une clinique du contemporain qui se manifeste en signes et symptômes individuels et collectifs.

Cet ouvrage La transmission en question(s) paru aux Éditions in Press en 2020, dirigé par Michel Gad Wolkowic avec de nombreux contributeurs experts du sujet, 60 intellectuels de référence, croisant les disciplines, de la psychanalyse à la littérature, en passant par le droit, l’histoire, la géopolitique, la bio - éthique, l’intelligence artificielle, l’analyse des cultures et des idéologies, la pensée juive ou encore les arts, fait suite au Séminaire Schibboleth du 20 avril 2017 – Actualité de Freud /Littérature et psychanalyse sur la responsabilité en question.

Contribution de Janine Altounian : « Écrire l’expérience traumatique fait partie intégrante de son élaboration ».

La transmission en question(s)
Sous la direction de Michel Gad Wolkowic. Avec les contributions de Pascal Bruckner, Philippe Val, Jean-Pierre Winter, Georges Bensoussan, Bernard Golse, Éric Marty, Évelyne Chauvet, Daniel Epstein, Marc-Alain Ouaknin, Laurence Kahn, Frédéric Encel, Michal Govrin, Francine Kaufmann, Sam Tyano, Daniel Sibony, Rivon Krygier, Cyril Aslanov, Michaël Prazan, Jean-Jacques Moscovitz, Daniel Dayan, Alexis Nuselovici-Nouss, Patrick Bantman, Monette Vacquin, Thibault Moreau, Michel Granek, Roger-Pol Droit…
2020
860
978-2-84835-588-7

Invitation de Janine Altounian au séminaire de l'EHESS organisé par Stéphane Audoin-Rouzeau : « La guerre transmise… (XIXe-XXIe siècle) » - Séance du 12 février 2021

Organisé par Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d'études de l'EHESS (enseignant référent pour cette UE) et Emmanuel Saint-Fuscien, maître de conférences de l'EHESS, ce séminaire de l'EHESS concentre ses travaux sur la notion de « guerre transmise ».

Pour la séance du 12 février 2021 consacré à un débat sur "les objets qui transmettent", le séminaire reçoit pour la seconde fois Janine Altounian qui était intervenue en 2019 à l'occasion de la parution de son dernier livre, L’effacement des lieux. Autobiographie d’une analysante, héritière de survivants et traductrice de Freud.

Elle présentera le manuscrit du Journal de déportation de son père, Vahram Altounian, avec Le petit cahier publié dans le cadre du projet NON-LIEUX DE L'EXIL - Displaced objects, coordonné par A. Galitzine-Loumpet.

Les objets qui transmettent
12/02/2021
EHESS - Visio

Invitation de Janine Altounian au séminaire de l'EHESS organisé par Stéphane Audoin-Rouzeau : « La guerre transmise… (XIXe-XXIe siècle) » - Séance du 12 février 2021

Organisé par Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d'études de l'EHESS (enseignant référent pour cette UE) et Emmanuel Saint-Fuscien, maître de conférences de l'EHESS, ce séminaire de l'EHESS concentre ses travaux sur la notion de « guerre transmise ».

Pour la séance du 12 février 2021 consacré à un débat sur "les objets qui transmettent", le séminaire reçoit pour la seconde fois Janine Altounian qui était intervenue en 2019 à l'occasion de la parution de son dernier livre, L’effacement des lieux. Autobiographie d’une analysante, héritière de survivants et traductrice de Freud.
Elle présentera le manuscrit du Journal de déportation de son père, Vahram Altounian, avec Le petit cahier publié dans le cadre du projet NON-LIEUX DE L'EXIL - Displaced objects, coordonné par A. Galitzine-Loumpet.

12/02/2021
EHESS - Visio
Les objets qui transmettent

Psychanalyse, Lieux de Mémoire et Traumatismes collectifs

Cet ouvrage collectif a été publié aux édtions italiennes Frenis Zero en juillet 2020 avec les contributions de René Kaës, Predrag Matvejević, Julia Kristeva, Marie Rose Moro, Janine Altounian, Silvia Amati Sas, Werner Bohleber, Mayssa El Husseini, Rita El Khayat, Yolanda Gampel et Anne Loncan.
Contribution de Janine Altounian : "Face au négationnisme, rôle des instances tierces dans la vie psychique et politique des héritiers de survivants"

L’identité, tant dans sa dimension individuelle que collective, semble une construction et élaboration continue de mémoires qui sont accueillies dans des lieux qui, en tant que espaces où aller dans un va-et-vient, parcourent les vies des hommes pendant toute la durée. Se retrouver dans les lieux de sa propre mémoire semble une manière originale de traiter le sujet de l’”id-entité”; mais à ce point il faut tout d’abord le circonscrire: en introduisant un tiret, il faut prendre en considération le “id” (le ça), c’est à dire la dimension inconsciente de l’id-entité. Et donc, ce sont la psychanalyse, comme pensée sur l’inconscient, et les psychanalystes à qui on peut poser la question: “Peut la psychanalyse nous aider à comprendre ce dialogue entre lieux de mémoire et id-entité?”. Cette question s’inspire de deux différentes sources: l’importance des ‘biographies de l’inconscient’, ainsi que celle du partage de la mémoire, voire celle de l’acte de se souvenir, pour qu’elle maintienne sa significativité.

Après l'introduction de Giuseppe Leo et le chapitre "Le malaise du monde moderne, les fondements de la vie psychique et le cadre métapsychique de la souffrance contemporaine", écrit par René Kaës, la section "La transmission de la mémoire des traumatismes collectifs" comprend les écrits de Werner Bohleber (sur la remémoration en psychanalyse), de Janine Altounian ("Face au négationnisme..."), de Silvia Amati Sas ("L'interprétation dans le trans-subjectif") et de Sverre Varvin (sur le processus de déshumanisation, en particulier concernant notre relation avec les réfugiés). Puis, la section "Les malaises des civilisations du Moyen-Orient" recueille les écrits de Yolanda Gampel et de Mayssa El Husseini, et la section "Transmission du féminin, de la culture et malaises des civilisations méditerranéennes" les textes de Julia Kristeva, Anne Loncan, Rita El Khayat et Marie-Rose Moro.

Psychanalyse, Lieux de Mémoire et Traumatismes collectifs
Avec les contributions de René Kaës, Predrag Matvejević, Julia Kristeva, Marie Rose Moro, Janine Altounian, Silvia Amati Sas, Werner Bohleber, Mayssa El Husseini, Rita El Khayat,Yolanda Gampel et Anne Loncan
Id-entità mediterranee
français
2020
482
9788897479291

Séminaire de recherche 2020-21, organisé par le CIPA, sous la direction d'Agnès Antoine et Marie-Laure Dimon, "L’originaire dans le monde, amour/haine ?" 26 novembre - Paris

Le Séminaire de recherche L’originaire dans le monde, amour/haine ? organisé par le Collège International de Psychanalyse et d’Anthropologie (CIPA) sous la direction d'Agnès Antoine et de Marie-Laure Dimon, tous les quatrièmes jeudi du mois, d’octobre 2020 à juin 2021, de 20h30 à 22h30, reçoit le jeudi 26 novembre Janine Altounian pour intervenir autour de son ouvrage : L’effacement des lieux, paru aux PUF, en 2019.

L’originaire dans le monde, amour/haine ?
26/11/2020
Visio pour cause de pandémie

Psychanalyse et culture - L’œuvre de Nathalie Zaltzman

Colloque de Cerisy, Psychanalyse et culture - L’œuvre de Nathalie Zaltzman, publié aux éditions Ithaque en 2020, sous la direction de Jean-François Chiantaretto & Georges Gaillard, avec les contributions de J. Altounian, G. Barbieri, G. Brisac, J.-F. Chiantaretto, A. Cohen de Lara, E. Corin, B. De Rosa, N. Durr, C. Ferrié, G. Gaillard, J.-M. Hirt, M.-F. Laval Hygonenq, I. Lasvergnas, A. Lecoq, G. Levy, C. Matha, R. Minjard, M. Moreau-Ricaud, J.-P. Pinel, E. Tysebaert, M. Vacquin, F. Villa.

LIRE UN EXTRAIT.

Avec les catastrophes génocidaires et leur projet de négation de l’appartenance humaine, dont la Shoah constitue la figure paradigmatique, le XXe siècle aura marqué une rupture au cœur même de l’idée de culture. C’est en se confrontant à cette violence que Nathalie Zaltman initie, à partir de sa pratique clinique, un véritable renouvellement de la psychanalyse. Revenant sur la théorie freudienne des pulsions de mort pour l’enrichir du concept de « pulsion anarchiste » (1979), elle dessine une approche novatrice de la négativité, au-delà de l’autodestructivité narcissique de type mélancolique ou de la haine narcissique de la culture suscitée par l’exigence collective de sacrifices pulsionnels. Dans cette perspective, la culture apparaît irrémédiablement traversée par une lutte entre la transformation (partielle) de la destructivité et la régression destructrice qui fait fondre dans la notion de « masse» l’individuel et le collectif. Dans ces temps troublés qui sont les nôtres, venant questionner de manière inédite la psychanalyse, on comprendra l’apport décisif de Nathalie Zaltzman : sa reformulation de l’approche psychanalytique de la culture en tant qu’elle modifie fondamentalement notre manière de penser tout à la fois la place de la psychanalyse dans la culture, et la place de la culture dans la psychanalyse. En revisitant le travail de la cure, les processus de la culture, les figures de l’exclusion et du mal, les différentes contributions réunies dans ce volume témoignent de l’importance et de l’actualité de son œuvre, internationalement reconnue.

Psychanalyse et culture - L’œuvre de Nathalie Zaltzman
Sous la direction de Jean-François Chiantaretto & Georges Gaillard. Contributions de J. Altounian, G. Barbieri, G. Brisac, J.-F. Chiantaretto, A. Cohen de Lara, E. Corin, B. De Rosa, N. Durr, C. Ferrié, G. Gaillard, J.-M. Hirt, M.-F. Laval Hygonenq, I. Lasvergnas, A. Lecoq, G. Levy, C. Matha, R. Minjard, M. Moreau-Ricaud, J.-P. Pinel, E. Tysebaert, M. Vacquin et F. Villa.
Hors collection
français
2020
304
978-2-490350-14-8

Séminaire de recherche 2020-21, organisé par le CIPA, sous la direction d'Agnès Antoine et Marie-Laure Dimon, "L’originaire dans le monde, amour/haine ?" 26 novembre - Paris

Le Séminaire de recherche L’originaire dans le monde, amour/haine ? organisé par le Collège International de Psychanalyse et d’Anthropologie (CIPA) sous la direction d'Agnès Antoine et de Marie-Laure Dimon, tous les quatrièmes jeudi du mois, d’octobre 2020 à juin 2021, de 20h30 à 22h30, reçoit le jeudi 26 novembre Janine Altounian pour intervenir autour de son ouvrage : L’effacement des lieux, paru aux PUF, en 2019.

Dans le cadre du séminaire, nous poursuivons notre recherche sur la notion de l’originaire et ses traits d’amour et de haine dans leur aptitude à fonder la rencontre entre des trajets individuels et collectifs avec le monde. Ces affects seront envisagés aux confins du biologique et du psychique dans ce sous-bassement de la psyché humaine. Nous interrogerons aussi leur mise en rapport avec le corps sensoriel, et le monde interactif entre l’enfant et sa mère comme moment organisateur de la psyché singulière. Il s’y crée une sensation de continuité affective, source de l’amour humain ; mais aussi source de la haine originaire, qui a pour premier objet le corps dans sa relation au monde. Si la haine est nécessaire, il incombe au sujet d’en faire l’élaboration tout au long de la vie et ce, malgré les métamorphoses, les déplacements et les médiations initiés par Eros.
Car la haine est séparatrice, elle est en chacun de nous sujets et nous la portons au cœur du social. Nous étudierons alors le destin de ces affects amour/haine dans leurs mouvements d’investissement/désinvestissement, de plaisir/déplaisir à soi, au groupe et au social, en passant du singulier au collectif par les signifiants et engrammes pictographiques et en tentant ainsi de repérer l’énigmatique de la condition humaine dans son attachement à la jouissance pure.

Nous étudierons les textes de : J. Altounian, C. David, C. Dejours, S. Faladé, E. de Fontenay, D. Houzel, M. Klein, S. Maiello, B. Roth.

26/11/2020
Visio pour cause de pandémie
L’originaire dans le monde, amour/haine ?

Table ronde du 8 mai 1989 à propos du livre "Exil et Torture" de Maren et Marcelo Viñar - Avec Léopoldo Bleger, Edmundo Gomez Mango, Jacques Hassoun, Serge Leclaire et François Villa


Participation de Janine Altounian à la Table ronde autour du livre Exil et Torture publié en 1989 par Maren et Marcelo Viñar aux éditions Denoël dans la collection Espace analytique, avec Léopoldo Bleger, Edmundo Gomez Mango, Jacques Hassoun, Serge Leclaire et François Villa.

Un couple de psychanalystes uruguayens apporte ici son témoignage sur l'exil et la torture. Ils tentent de ne pas effacer la mémoire d'un vécu (de terreur). La mort demeurant, par là, soutien de la vie pour eux. Si leur discours fait lien social, c'est qu'il s'inscrit au champ d'une lutte politique, voire idéologique. L'éthique qui s'en dégage est non pas une élaboration d'une morale militante, mais une recherche concernant les conditions possibles d'une pratique analytique. Une vérité ne peut que se mi-dire et c'est dans l'action ratée, comme dans un rêve, que se retrouve ce « rogaton de savoir » à assumer comme sujet de l'inconscient. Qu'aujourd'hui les analystes aient gardé un certain effroi de l'inconscient, voire l'horreur d'une vérité qu'ils estiment ne pas avoir à être dite, c'est évident. 

08/05/1989
Paris
Exil et Torture

Conférence du 17 mai 1987 organisée par la SPP sur Psychanalyse et musique - Le drame du son et du sens avec Jean Gillibert

Participation de Janine Altounian à la conférence organisée le 17 mai 1987 par la Société psychanalytique de Paris (SPP) sur "Psychanalyse et musique, Le drame du son et du sens" avec Jean Gillibert : Présentation du Judaïsme dans la musique de Wagner.

17/05/1987
Société psychanalytique de Paris
Psychanalyse et musique, Le drame du son et du sens
Syndiquer le contenu