Trauma

Psychanalyse, Lieux de Mémoire et Traumatismes collectifs

Cet ouvrage collectif a été publié aux édtions italiennes Frenis Zero en juillet 2020 avec les contributions de René Kaës, Predrag Matvejević, Julia Kristeva, Marie Rose Moro, Janine Altounian, Silvia Amati Sas, Werner Bohleber, Mayssa El Husseini, Rita El Khayat, Yolanda Gampel et Anne Loncan.
Contribution de Janine Altounian : "Face au négationnisme, rôle des instances tierces dans la vie psychique et politique des héritiers de survivants"

L’identité, tant dans sa dimension individuelle que collective, semble une construction et élaboration continue de mémoires qui sont accueillies dans des lieux qui, en tant que espaces où aller dans un va-et-vient, parcourent les vies des hommes pendant toute la durée. Se retrouver dans les lieux de sa propre mémoire semble une manière originale de traiter le sujet de l’”id-entité”; mais à ce point il faut tout d’abord le circonscrire: en introduisant un tiret, il faut prendre en considération le “id” (le ça), c’est à dire la dimension inconsciente de l’id-entité. Et donc, ce sont la psychanalyse, comme pensée sur l’inconscient, et les psychanalystes à qui on peut poser la question: “Peut la psychanalyse nous aider à comprendre ce dialogue entre lieux de mémoire et id-entité?”. Cette question s’inspire de deux différentes sources: l’importance des ‘biographies de l’inconscient’, ainsi que celle du partage de la mémoire, voire celle de l’acte de se souvenir, pour qu’elle maintienne sa significativité.

Après l'introduction de Giuseppe Leo et le chapitre "Le malaise du monde moderne, les fondements de la vie psychique et le cadre métapsychique de la souffrance contemporaine", écrit par René Kaës, la section "La transmission de la mémoire des traumatismes collectifs" comprend les écrits de Werner Bohleber (sur la remémoration en psychanalyse), de Janine Altounian ("Face au négationnisme..."), de Silvia Amati Sas ("L'interprétation dans le trans-subjectif") et de Sverre Varvin (sur le processus de déshumanisation, en particulier concernant notre relation avec les réfugiés). Puis, la section "Les malaises des civilisations du Moyen-Orient" recueille les écrits de Yolanda Gampel et de Mayssa El Husseini, et la section "Transmission du féminin, de la culture et malaises des civilisations méditerranéennes" les textes de Julia Kristeva, Anne Loncan, Rita El Khayat et Marie-Rose Moro.

Psychanalyse, Lieux de Mémoire et Traumatismes collectifs
Avec les contributions de René Kaës, Predrag Matvejević, Julia Kristeva, Marie Rose Moro, Janine Altounian, Silvia Amati Sas, Werner Bohleber, Mayssa El Husseini, Rita El Khayat,Yolanda Gampel et Anne Loncan
Id-entità mediterranee
français
2020
482
9788897479291

Violence et récit - Dire, traduire, transmettre le génocide et l'exil

Dirigé par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, professeure des universités en anthropologie de l’Inde à l’Inalco, et chercheuse à l’UMR 245 CESSMA et psychologue à l'hôpital Avicenne (Bobigny), ce livre, publié aux éditions Hermann en décembre 2020, apporte une lecture inédite des récits de violence, en proposant un parallèle entre les violences génocidaires et les exils contemporains dans une perspective résolument pluridisciplinaire. Face au désastre, peut-il y avoir un récit ? Au sortir du camp de Buchenwald, à l’heure des dizaines de milliers de morts en Méditerranée, que dire, que traduire, que transmettre ? Le récit peut-il prendre forme lorsqu’il s’agit d’attester du mal et de la cruauté, dont la conflagration mine l’écrit ?
La violence empêche le récit lorsque les mots manquent radicalement pour dire l’expérience génocidaire ou exilique. Elle l’abîme, tant sa transmission et son écoute 
sont hypothéquées par le déni et le silence de la société qui le recueille. À travers l’étude de plusieurs formes de récits –  chroniques de ghetto, récits de guerre ou poèmes et fictions  – émerge l’inconscient de l’Histoire qui ne cesse de traduire les expériences de domination et de persécution de populations marginalisées. Comment décentrer la violence pour rendre le récit audible ? Les dispositifs d’écoute, d’interprétariat et de transmission se renouvellent. 

Avec la contribution de Janine Altounian : « Une impossibilité d’histoire en attente d’un possible récit » 

Violence et récit - Dire, traduire, transmettre le génocide et l'exil
Sous la direction de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsk, avec les contributions de Jean-Yves Potel, Janine Altounian, Soko Phay, Catherine Géry, Florence Prudhomme, Eugénia Vilela, Roberto Beneduce, Marie Vrinat-Nikolov, Elise Pestre, Hala Ghannam Trefi, Laure Wolmark, Bertrand Piret, Christine Davoudian, Raffaela Cucciniello, et Alessandro Triulzi.
français
2020
280
9791037006363

Salon international du livre et de la presse à Genève mai 2011 - Table ronde du 2 mai 2011 : Trauma et mémoire en diaspora Navassartian


Table ronde du 2 mai 2011 au Salon international du livre et de la presse à Genève de mai 2011 : "Trauma et mémoire en diaspora" animé par Alain Navarra Navassartian avec Marc Nichanian, Janine Altounian, Krikor Beledian et Sévane Garibian.

Grâce à la dynamique Fondation Topalian, à Genève, on pourra se familiariser avec la culture vivante de l’Arménie, hôte d’honneur. De nombreux auteurs seront présents, ainsi que des personnalités francophones de la diaspora arménienne.

Sur un espace de 600 m2, l’Arménie expose son histoire, sa culture et son art dans un décor original : un plafond lumineux de 36 suspensions qui chacune représente une des lettres de l’alphabet arménien. L’occasion aussi de célébrer le 500e anniversaire de l’imprimerie arménienne. La découverte d’une identité qui se décline aujourd’hui au pluriel, d’une charge émotionnelle et culturelle d’un long passé, aussi riche que dense en créations culturelles, artistiques et spirituelles.

02/05/2011
Salon international du livre et de la presse - Genève
Trauma et mémoire en diaspora

Eliminar el espacio, eliminar la vida

« Eliminar el espacio, eliminar la vida » par Janine Altounian, paru in ​« Semiótica y posmemoria I », Vol. 2 Núm. 44 (2020) de la Revue de Sémiotique sous la direction de Verónica Estay Stange. La Revista de Semiótica es una publicación semestral editada por la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla (BUAP) (Université Autonome de Puebla, Mexique). Editor Responsable: María Isabel Filinich.

Este número de Tópicos del Seminario está dedicado al estudio de la posmemoria, entendida como la transmisión de la memoria de la generación que vivió en carne propia un traumatismo colectivo a las generaciones siguientes. Basada en el diálogo entre distintas disciplinas, y partiendo del análisis de las experiencias históricas más diversas –el Holocausto, el genocidio armenio, las dictaduras de América Latina…–, esta reflexión conjunta se orienta hacia la conceptualización y la teorización de dicho fenómeno gracias a la identificación de sus fundamentos “invariables”, de sus alcances y de sus límites.

Del cuerpo al discurso, y de lo irrepresentable de la experiencia extrema a su posible elaboración, cada autor aporta pues elementos de respuesta al enigma de la posmemoria, explorando la zona en que ésta construye un universo de significación.

Revista de Semiótica
07/10/2020
espagnol
Eliminar el espacio, eliminar la vida
2020

Quels traitements pour l’effraction traumatique ? Apports de la clinique et de la pratique psychanalytique

Trauma, stress post-traumatique, effraction, sidération… Face à la multiplicité des traumatismes – individuel, collectif, accident, génocide, agression sexuelle… – doit-on parler d’une ou de diverses cliniques ? Quel type de cure proposer après un traumatisme ? Ces traitements relèvent-ils de modalités thérapeutiques et transférentielles spécifiques ? Peut-on en faire une modélisation théorique ? Et qu’en est-il des « brief therapy », type déchoquage, plus à la mode actuellement qu’un travail psychanalytique qui prend en compte la temporalité du sujet ? Existe-t-il des pratiques de soins de groupe du type ateliers artistiques ? Enfin, peut-on prévenir les troubles psychosociaux dont l’ampleur se révèle aujourd’hui ?

Dans de multiples lieux institutionnels des cliniciens, psychiatres, psychologues, psychanalystes avec des infirmiers, des travailleurs sociaux accueillent leurs contemporains en souffrance du fait de blessures psychiques. La question du traumatisme est au cœur de leur pratique.
Cet ouvrage dirigé par Laurent Tigrane Tovmassian et Hervé Bentataparu en 2014 dans la collection Explorations psychanalytiques des éditions In Press, les aidera à repenser ce concept plus que jamais actuel et à se réinterroger sur sa prise en charge.

Ce questionnement a fait l'objet d'une journée d'étude en février 2014 organisée par l'URFT, l'Unité de Recherche et de Formation sur le Traumatisme : Quels traitements pour l’effraction traumatique ? “Le traumatisme dans tous ses éclats”.

Quels traitements pour l’effraction traumatique ? Apports de la clinique et de la pratique psychanalytique
Sous la direction de Laurent Tigrane Tovmassian et d'Hervé Bentata.Avec les contributions de : Janine Altounian, Claude Barrois, Hervé Bentata, Françoise Biermann, Thierry Bokanowski, Carole Damiani, Françoise Davoine, Emmanuel Declercq, Olivier Douville, Jean-Max Gaudillière, Jean Gortais, Pierre Kammerer, Simone Korff Sausse, François Lebigot, Dominique Lhuilier, Richard Lopez, Jean-Claude Métraux, Jacques Press, François Richard, Jacques Roisin, Marianne Rose, René Roussillon, Laurent Tigran Tovmassian, Régine Waintrater.
Explorations psychanalytiques
2014
312
978-2-84835-293-0

Après les attentats - Quels après-coups psychothérapeutiques et sociaux des vécus traumatiques ?

Après les attentats du 13 novembre, comment prendre la mesure des après-coups ? Quels sont les retours sur certains suivis mis en place pour les victimes ? Quels sont les effets de quelques consultations d’urgence, mises en place sur site ou dans d’autres lieux ? Quel a été l’impact du traitement par des médias, les politiques et quels effets sur les professionnels du soin ?
La question du traumatisme extrême est au coeur de ce livre. Elle amène à se demander comment l’environnement peut avoir un effet protecteur ou aggravant sur la souffrance du sujet. Quel impact de la grande histoire sur la petite histoire de l’homme, la femme, l’enfant « victime » ? L’environnement : les proches, le social et le politique peuvent-ils favoriser l’intégration et la symbolisation du trauma ou au contraire le raviver ? L’intérêt est porté à la victime, mais aussi aux témoins et aux autres acteurs du drame. Que signifie être clinicien, soignants, psy… avant, pendant et après de tels événements ?
Avec cet ouvrage, les auteurs nous livrent le fruit de leur réflexion et de leur pratique suite aux attentats du 13 novembre. Il est destiné à tout clinicien et à tout citoyen.

Cette publication fait suite aux Journées scientifiques du 22 au 24 juin 2017 organisées par l’URFT de St Denis et l’association TRAMES PSY : Traumatismes, environnement et sociétés : quels après-coups ? 

Après les attentats - Quels après-coups psychothérapeutiques et sociaux des vécus traumatiques ?
Sous la direction de Laurent Tigrane Tovmassian
Ouvertures Psy
français
2018
220
9782848355023

Colloque « Le psychotraumatisme : créativité et engagement du thérapeute » - 18 et 19 octobre 2018 à Bruxelles


Organisé par Karl-Leo Schwering & Tigrane Tovmassian avec le soutien du Centre Chapelle-aux-Champs (Service de santé mentale), de la Formation aux cliniques du psychotraumatisme, l'APSY -UCL (L'Association des services de psychiatrie et de santé mentale de l'UCL), en collaboration avec l'association Trames Psy.

Quelle place est donnée aujourd’hui au traumatisme psychique dans nos pratiques cliniques et psychothérapeutiques ?
Intervention Janine Altounian : « Le survivant à un trauma ne peut réintégrer une vie psychique que dans le cadre d’un lieu ».

Longtemps l’événement traumatique n’était envisagé qu’au travers du prisme de la réalité psychique et du modèle de la névrose. Aujourd’hui sa reconnaissance différenciée se manifeste à travers la prise en compte de son actualité, de son histoire, de son environnement et de sa temporalité. D’où l’émergence d’une conceptualité clinique où les défauts de symbolisation d'une part, les constructions, les symbolisations primaires et secondaires d'autre part, la narrativité, la sensorialité et l’affect s’invitent au coeur d’un transfert où l’efficacité thérapeutique n’est plus exclusivement centrée sur le refoulement, le fantasme et l’interprétation.

Ce colloque a fait l'objet d'une publication parue en 2019 aux éditions InPress.

18/10/2018
Bruxelles - Théâtre des galeries
Le psychotraumatisme : créativité et engagement du thérapeute

Colloque psychotraumatisme – 18 et 19 octobre 2018 – « Le psychotraumatisme : créativité et engagement du thérapeute »

Organisé par Karl-Leo Schwering & Tigrane Tovmassian avec le soutien du Centre Chapelle-aux-Champs (Service de santé mentale), de la Formation aux cliniques du psychotraumatisme, l'APSY -UCL (L'Association des services de psychiatrie et de santé mentale de l'UCL), en collaboration avec l'association Trames Psy.

>Programme des journées au format PDF

> Sur Inscription

Débat

Quelle place est donnée aujourd’hui au traumatisme psychique dans nos pratiques cliniques et psychothérapeutiques ?

 

Le psychotraumatisme : créativité et engagement du thérapeute
18/10/2018
Bruxelles - Théâtre des galeries

Interview de Janine Altounian et d'Anahide Ter Minassian dans « Foi et traditions des chrétiens orientaux » sur France Culture le 23 avril 2006


Janine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de Jean-Pierre Enkiri avec Anahide Ter Minassian sur France Culture dans l'émission Foi et traditions des chrétiens orientaux enregistrée le 21 décembre 2005 et diffusée le 23 avril 2006 à l'occasion de la parution du livre de Janine Altounian L’intraduisible. Deuil, mémoire, transmission publié aux Editions Dunod en 2005 et du livre d'Armenouhie Kevonian traduit de l'arménien en français par Jacques Mouradian en 1993 sous le titre Les noces noires de Gulizar et réédité aux Editions Parenthèses en 2005. 

 

28 mn
français

Traumatismes, environnement et sociétés : quels après-coups ? : Journées scientifiques du 22 au 24 juin 2017 de l’URFT de St Denis et de l’association TRAMES PSY

En partenariat avec le Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société de l’Université Denis Diderot- Paris 7 et le Laboratoire PCPP Psychologie clinique, Psychopathologie, et Psychanalyse de l’Université Paris 5 , l'URFT (Unité de Recherche et de Formation sur le Traumatisme) du Centre hospitalier de Saint-Denis et ’association TRAMES PSY organisent trois journées à la Bourse du travail de Saint-Denis sur : " Traumatismes, environnement et sociétés : quels après-coups ?".
 
Traumatismes, environnement et sociétés : quels après-coups ?
22/06/2017
Bourse du travail de Saint-Denis
Syndiquer le contenu