Ecriture

Interview de Janine Altounian dans « Le Journal de la philosophie » sur France Culture le 10 juillet 2012

Janine Altounian• Crédits : Pauline Darvey - Radio FranceJanine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de François Noudelmann sur France Culture dans Le Journal de la philosophie le 10 juillet 2012. Janine Altounian est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l'harmonisation dans l'équipe éditoriale des Oeuvres Complètes de Freud aux Presses Universitaires de France. Elle est aussi un des membres fondateurs d'AIRCRIGE (Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides). Elle revient ici sur son dernier ouvrage, De la cure à l'écriture. L'élaboration d'un héritage traumatique, publié aux PUF en 2012.

 

français

Interview de Janine Altounian dans « Les Vendredis de la philosophie » sur France Culture le 28 mars 2003

Emission consacrée à "Traduire la philosophie" sur France Culture : Janine Altounian, traductrice, essayiste

Janine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de François Noudelmann sur France Culture dans Les Vendredis de la philosophie, émission enregistrée le 7 février et diffusée le 28 mars 2003. Janine Altounian est co-traductrice de Freud depuis 1970 et responsable de l'harmonisation dans l'équipe éditoriale des Oeuvres Complètes de Freud aux Presses Universitaires de France. Elle est aussi un des membres fondateurs d'AIRCRIGE (Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides). Elle revient ici sur son dernier ouvrage, L'écriture de Freud : Traversée traumatique et traduction, publié aux PUF en 2003.

 

français

Séminaire Schibboleth – Actualité de Freud /Littérature et psychanalyse : la responsabilité en question - 20 avril - Institut Supérieur Européen de Gestion Paris

Schibboleth – Actualité de Freud –

LITTÉRATURE ET PSYCHANALYSE 
FICTION ET VÉRITÉ, 
ÉCRITURE ET TRAUMATISME  

Jeudi 20 avril 2017
de 20h30 à 23h00

Institut Supérieur Européen de Gestion

Séminaire Schibboleth – Actualité de Freud /Littérature et psychanalyse : la responsabilité en question - 20 avril - Institut Supérieur Européen de Gestion Paris

Schibboleth – Actualité de Freud –

LITTÉRATURE ET PSYCHANALYSE 
FICTION ET VÉRITÉ, 
ÉCRITURE ET TRAUMATISME  

Jeudi 20 avril 2017
de 20h30 à 23h00

Institut Supérieur Européen de Gestion

La responsabilité en question

Sous la direction de Michel Gad Wolkowicz Président de Schibboleth – Actualité de Freud –

de 20H30 à 23H00 Institut Supérieur Européen de Gestion 28, rue des Francs-Bourgeois, Paris (IV)

La question de la responsabilité s’impose, responsabilité de pensée et d’action, particulièrement aujourd’hui, dans la continuité des « figures de la cruauté, entre civilisation et barbarie », et du « sujet dans la transmission, et face au réel », et sera abordée, traitée d’une séance à l’autre suivant deux axes :

— « La Clinique du contemporain » — décryptant, interrogeant, analysant les symptômes des sociétés actuelles et les marqueurs culturels, au travers images, discours, événements, et les enjeux de civilisation, à la lumière trans-disciplinaire des divers champs épistémiques — psychanalyse et psychiatrie, histoire, droit et philosophie, sciences politiques, géopolitiques, et économiques, anthropologie et sciences sociales et de l’éducation, sciences fondamentales et sciences du vivant, médicales, biologiques, génétiques, littérature et arts plastiques et cinématographiques, analyse des médias, des images et des discours, des mythologies, des religions et des idéologies, …

— « L’Actualité de Freud » qui nous adosse sur l’éthique, la pensée, la méthode freudiennes, confrontées à telles questions actuelles psychopathologiques fondamentales et cliniques, ainsi les traumatismes hyper-précoces et les traumatismes catastrophiques, et à telle pensée et à tel phénomène actuel, à des problématiques civilisationnelles, porte éclairage et questions pour notre temps...

Littérature et psychanalyse : la responsabilité en question
20/04/2017
Institut Supérieur Européen de Gestion - Paris

Le langage malgré tout - Annuel de l'AFP 2014

Publication de l'ouvrage Le langage, malgré tout - Annuel de l’Association psychanalytique de France paru en 2014 aux Puf sous la direction de Laurence Kahn autour de J-B Pontalis, la NRP et l'AFP et les contributions de Janine Altounian, Didier Anzieu, Claude Barazer, Dominique Clerc, Corinne Ehrenberg, Mathilde Girard, Edmundo Gómez Mango, Jean Laplanche, Jean-Michel Lévy, J.-B. Pontalis, Guy Rosolato, Jean-Yves Tamet.

Contribution de Janine Altounian : « Dégagement, au cours de la cure et par l'écriture des pulsions de vie enfouies dans un héritage traumatique ».

Le langage malgré tout  - Annuel de l'AFP 2014
Sous la direction de J-B Pontalis avec Janine Altounian, Didier Anzieu, Claude Barazer, Dominique Clerc, Corinne Ehrenberg, Mathilde Girard, Edmundo Gómez Mango, Jean Laplanche, Jean-Michel Lévy, J.-B. Pontalis, Guy Rosolato, Jean-Yves Tamet
PUF
français
2014
220
978-2-13-062521-6

Congrès du CPGF du 16 et 17 octobre 2010 : Le Traumatisme dans l’Institution et dans la famille

Le Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale invite Janine Altounian
Traumatisme : écriture et transmission

Dans sa conférence intitulée « Traumatisme : écriture et transmission », Janine Altounian se propose d’illustrer, pour reprendre les termes de l’argument du congrès, « en quoi l'autre et le groupe des autres, la capacité à utiliser les proches, l’univers socioculturel - et politique - contribuent au dépassement de la dérive traumatique » et à « la quête de liaison par la symbolisation », en l’occurrence, l’écriture :

« Mon propos s’énoncerait en somme ainsi: « Passer par la cure pour passer du mutisme partagé ”en famille” à l’écriture de ce qui s’y transmet ». Il portera sur le travail de l’analyse et celui de l'écriture auquel il a donné naissance qui, au terme de quarante années, ont créé à partir d'un corpus traumatique d’ancêtres fantômes, une inscription de cette transmission dans la langue et l'espace socio-politique de son héritier. Les trois points développés en seront: -1 Un temps de latence est nécessaire à la naissance d’une écriture, -2 L’impact traumatisant d’un manuscrit donne d’abord lieu à son commentaire par déplacement, -3 La conversion d’une absence de parole en une écriture rend publique sa transmission : Première étape : l’enfermement dans une humanité endeuillée, Seconde étape : l’ouverture au monde par la cure, la curiosité culturelle et l’irruption du politique.

Présentation le 2 décembre 2013 par Janine Altounian à l'ÉPIC (École de Psychiatrie Institutionnelle ) de son livre "De la cure à l’écriture, L’élaboration d’un héritage traumatique"

Présentation le 2 décembre 2013 De la cure à l’écriture, L’élaboration d’un héritage traumatique, PUF, 2012 à l'ÉPIC, École de Psychiatrie Institutionnelle à la Clinique de La Chesnaie (Loir et Cher) .
Dans un dialogue avec Anne Marie Haas, psychologue à la Chesnaie, ainsi qu'en répondant aux questions de la salle, l'auteur présente les différents thèmes de son dernier livre en lien avec son parcours depuis l''écriture de son premier texte de 1975 et ses élaborations mises en œuvre dans la cure.
Parcours entre la traduction de Freud et des essais sur la transmission traumatique. Élaboration du trauma par la cure et l'écriture.

Colloque de Cerisy du 4 au 9 juillet 2016 : L'écriture du psychanalyste

Colloque "L'écriture du psychanalyste" organisé par Jean-François ChiantarettoCatherine Matha et Françoise Neau du 2 au 9 juillet 2016 au Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle, avec le soutien de l’UTRPP (Paris 13 SPC), du PCPP (Paris-Descartes SPC) et de l’Université Paris SPC.

Argument

En quoi l'écriture concerne-t-elle et implique-t-elle spécifiquement les psychanalystes? Il ne s'agit plus d'appliquer la psychanalyse à la littérature ou à l'écriture, ni même seulement de la question de l'écriture de la psychanalyse. Il s'agit pour les psychanalystes de prendre acte aujourd'hui, dans une période où ils sont plus que jamais confrontés à l'inactualité de la psychanalyse, des incidences après-coup du rôle inaugural de l'écriture dans l'invention freudienne de la psychanalyse. Et d'en prendre acte à partir de leur pratique clinique, dans et par leur expérience de la méthode psychanalytique en position d'analyste.
Programme
Intervention Janine ALTOUNIAN : "Quand écrire, traduire l’expérience traumatique fait partie intégrante de son élaboration".

L'écriture du psychanalyste
02/07/2016
Centre Culturel International de Cerisy - Le Château, 50210 Cerisy-la-Salle

Colloque de Cerisy du 4 au 9 juillet 2016 : L'écriture du psychanalyste

Colloque "L'écriture du psychanalyste" organisé par Jean-François Chiantaretto, Catherine Matha et Françoise Neau du 2 au 9 juillet 2016 au Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle, avec le soutien de l’UTRPP (Paris 13 SPC), du PCPP (Paris-Descartes SPC) et de l’Université Paris SPC.

Argument

En quoi l'écriture concerne-t-elle et implique-t-elle spécifiquement les psychanalystes? Il ne s'agit plus d'appliquer la psychanalyse à la littérature ou à l'écriture, ni même seulement de la question de l'écriture de la psychanalyse. Il s'agit pour les psychanalystes de prendre acte aujourd'hui, dans une période où ils sont plus que jamais confrontés à l'inactualité de la psychanalyse, des incidences après-coup du rôle inaugural de l'écriture dans l'invention freudienne de la psychanalyse. Et d'en prendre acte à partir de leur pratique clinique, dans et par leur expérience de la méthode psychanalytique en position d'analyste.

Programme
Intervention Janine ALTOUNIAN : "Quand écrire, traduire l’expérience traumatique fait partie intégrante de son élaboration".
 

"Les Alphabets de la Shoah. Survivre, Témoigner, Ecrire" : table ronde du 13 janvier 2008 au Mémorial de la Shoah

Janine Altounian : comment vivre après un génocide ?

Après des catastrophes violentes, et en particulier au lendemain d’un génocide, se pose au survivant la question du comment vivre ? Il lui faut trouver la force de se séparer de ses morts parfois plus présents que les vivants qui l’entourent. Quel sens donner à sa survie et comment transmettre une identité qui fut mortelle ? Quel est le statut que la société réserve à ce survivant ? Comment est reçu son témoignage ? Entre nécessité vitale et douleur, quel est son lien à l’écriture ?

En présence de Anny Dayan-Rosenman, maître de conférences en littérature à l’université Paris VII-Denis Diderot et Annette Wieviorka, historienne, directrice de recherche au CNRS.

Syndiquer le contenu