Héritage traumatique

Interview de Janine Altounian avec Anahide Ter Minassian dans « Foi et traditions des chrétiens orientaux » sur France Culture le 13 décembre 2009



Janine Altounian, essayiste et traductrice est l'invitée de Jean-Pierre Enkiri avec Anahide Ter Minassian sur France Culture dans l'émission Foi et traditions des chrétiens orientaux  enregistrée le 21 octobre et diffusée le 13 décembre 2009 à l'occasion de la parution du livre de Janine Altounian Mémoires du génocide arménien, Héritage traumatique et travail analytique publié aux Editions des PUF en 2009. 

 

29 mn
français

Le langage malgré tout - Annuel de l'AFP 2014

Publication de l'ouvrage Le langage, malgré tout - Annuel de l’Association psychanalytique de France paru en 2014 aux Puf sous la direction de Laurence Kahn autour de J-B Pontalis, la NRP et l'AFP et les contributions de Janine Altounian, Didier Anzieu, Claude Barazer, Dominique Clerc, Corinne Ehrenberg, Mathilde Girard, Edmundo Gómez Mango, Jean Laplanche, Jean-Michel Lévy, J.-B. Pontalis, Guy Rosolato, Jean-Yves Tamet.

Contribution de Janine Altounian : « Dégagement, au cours de la cure et par l'écriture des pulsions de vie enfouies dans un héritage traumatique ».

Le langage malgré tout  - Annuel de l'AFP 2014
Sous la direction de J-B Pontalis avec Janine Altounian, Didier Anzieu, Claude Barazer, Dominique Clerc, Corinne Ehrenberg, Mathilde Girard, Edmundo Gómez Mango, Jean Laplanche, Jean-Michel Lévy, J.-B. Pontalis, Guy Rosolato, Jean-Yves Tamet
PUF
français
2014
220
978-2-13-062521-6

Congrès du CPGF du 7 octobre 2006 : Le sacrifice

Le Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale organise un congrès sur le thème : Sacrifier, être sacrifié, se sacrifier

Intervention de Janine Altounian « Hériter d'une enfance sacrifiée »

Argument
Sacrifier, être sacrifié, se sacrifier

Les formes du verbe disent la complexité du processus sacrificiel qui, de plus, opère à plusieurs niveaux connectés entre eux : le sujet, la famille et le groupe, le socius.
Le sacrifice de soi déploie un vaste éventail de renoncements, depuis celui, au quotidien, de la mère qui se rend disponible pour le bébé, jusqu'au don héroïque de soi pour la cause commune, en passant par la vie amoureuse. Mais où s'arrête le don-contre-don par lequel le sacrifice ouvre la voie à la réciprocité positive ? Où commencent le sadomasochisme et l'emprise lorsque l'excès du sacrifice de soi impose sa dette à l'autre ?

Où donc situer la bonne valeur du sacrifice lorsqu'on se rappelle qu'il signifie, de tout temps, une des formes du rapport au sacré, aux puissances tutélaires (les dieux, le surmoi-idéal du moi, l'autorité) et que le sacrifice fait lien entre celles-ci, le sujet et son groupe tout autant qu'il accomplit un meurtre symbolique ?

Mais le mythe et le rite peuvent outrepasser leur fonction symboligène et devenir aliénation, destructivité. Sacrifier l'autre, être sacrifié par l'autre deviennent alors des agirs assujettissants. La paradoxalité fermée, la perversion narcissique, l'incestuel et l'envie seront revisités à la lumière du processus sacrificiel et de son approche anthropologique.

07/10/2006
Le Collège de Psychanalyse Groupale et familiale - Paris
Le sacrifice

Présentation le 2 décembre 2013 par Janine Altounian à l'ÉPIC (École de Psychiatrie Institutionnelle ) de son livre "De la cure à l’écriture, L’élaboration d’un héritage traumatique"

Présentation le 2 décembre 2013 De la cure à l’écriture, L’élaboration d’un héritage traumatique, PUF, 2012 à l'ÉPIC, École de Psychiatrie Institutionnelle à la Clinique de La Chesnaie (Loir et Cher) .
Dans un dialogue avec Anne Marie Haas, psychologue à la Chesnaie, ainsi qu'en répondant aux questions de la salle, l'auteur présente les différents thèmes de son dernier livre en lien avec son parcours depuis l''écriture de son premier texte de 1975 et ses élaborations mises en œuvre dans la cure.
Parcours entre la traduction de Freud et des essais sur la transmission traumatique. Élaboration du trauma par la cure et l'écriture.

02/12/2013
École de Psychiatrie Institutionnelle à la Clinique de La Chesnaie (Loir et Cher) .
De la cure à l’écriture, L’élaboration d’un héritage traumatique

3 décembre 2014 - Les conférences du Salon à la Maison des étudiants arméniens - Héritage traumatique et Littérature avec Janine Altounian

Dans le cadre des Conférences du Salon animées par Gérard MALKASSIAN à la Maison des étudiants arméniens, une soirée thématique consacrée à l'héritage traumatique et à la Littérature se tiendra le 3 décembre 2014 avec Janine ALTOUNIAN, essayiste et traductrice, qui viendra s'entretenir sur la place de la littérature arménienne dans son oeuvre.

Maison des étudiants arméniens : Cité universitaire.
57, boulevard Jourdan, Paris 14ème
métro Porte d’Orléans ou RER B Cité Universitaire ou Tram
Entrée libre

Retransmission audio de la conférence disponible sur cette page et téléchargeable au format mp3.

 

03/12/2014
Cité universitaire - Paris
Héritage traumatique et Littérature
2h22

Quelle résilience face aux traumatismes contemporains ? Rencontre au Mémorial de la Shoah le dimanche 29 mai

Rencontre du 29 mai au Mémorial de la Shoah : Quelle résilience face aux traumatismes contemporains ?

70 ans après la Seconde Guerre mondiale, les générations de rescapés, leurs enfants et petits enfants subissent encore les vagues d’ondes des traumatismes de la Shoah. Ces traumatismes sont-ils réactivés par les événements contemporains ? Comment faire la part entre ce qui est dû au passé et ce qui est dû au présent ? Comment concilier la connaissance de ce passé traumatique avec ce présent sans faire d’amalgame ?

 

29/05/2016
Mémorial de la Shoah - Paris
Quelle résilience face aux traumatismes contemporains ?

Quelle résilience face aux traumatismes contemporains ? Rencontre au Mémorial de la Shoah le dimanche 29 mai

Rencontre du 29 mai au Mémorial de la Shoah : Quelle résilience face aux traumatismes contemporains ?

70 ans après la Seconde Guerre mondiale, les générations de rescapés, leurs enfants et petits enfants subissent encore les vagues d’ondes des traumatismes de la Shoah. Ces traumatismes sont-ils réactivés par les événements contemporains ? Comment faire la part entre ce qui est dû au passé et ce qui est dû au présent ? Comment concilier la connaissance de ce passé traumatique avec ce présent sans faire d’amalgame ?

Programme :

I – Y A-T-IL UNE SPÉCIFICITÉ DU TRAUMATISME POST-GÉNOCIDAIRE ?

En présence de : Janine Altounian, traductrice et essayiste, Anny Dayan- Rosenman, écrivain, maître de conférences en littérature, Izio Rosenman, psychanalyste et psychothérapeute, Christian Hoffmann, psychanalyste, professeur, université Paris 7, et Régine Waintrater, psychanalyste, maître de conférences, université Paris 7.
Animée par : Christian Delage, historien et réalisateur, directeur de l’IHTP/CNRS.

Quelle résilience face aux traumatismes contemporains ?
29/05/2016
Mémorial de la Shoah - Paris

Interview de Janine Altounian sur radio Canada le 11 mars 2008

Janine Altounian: sortir d'un trauma collectif

Interview de Janine Altounian sur radio Canada par Patrick Masbourian dans son émission Vous êtes ici le 11 mars 2008.

On commence seulement à entrevoir les infinies blessures psychiques dont sont marqués les survivants des génocides du XXe siècle ainsi que leurs descendants. Janine Altounian s'intéresse à la traduction, dans le psychisme, d'un trauma collectif chez les descendants de survivants. Elle était de passage à Montréal la semaine dernière pour donner une série de conférences. 

Janine Altounian est germaniste, essayiste et traductrice de Freud. Née en France de parents survivants du génocide arménien de 1915, elle a beaucoup réfléchi sur la transmission de l'héritage traumatique. Elle était de passage à Montréal à l'invitation du Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions de l'Université du Québec à Montréal. 
 

Conférence du GREPSY du 13 janvier 2016 : "La curiosité, une voie de transformation du traumatisme ? Une expérience personnelle et son élaboration"

Dans le cadre du cycle de conférences consacré à la curiosité : "Cet obscur objet du désir - Origine et destins de la curiosité", organisé par le GREPSY, Groupe de Recherches en Psychiatrie, Janine Altounian est l'invitée de la prochaine séance du 13 janvier 2016 sur "La curiosité,  une voie de transformation du traumatisme ?  Une expérience personnelle et son élaboration". La conférence sera animée par le psychologue Serge Brézins.

13/01/2016
Centre Hospitalier St Jean de Dieu - Lyon 8 ème
La curiosité, une voie de transformation du traumatisme ?

Conférence du GREPSY du 13 janvier 2016 : "La curiosité, une voie de transformation du traumatisme ? Une expérience personnelle et son élaboration"

Dans le cadre du cycle de conférences consacré à la curiosité : "Cet obscur objet du désir - Origine et destins de la curiosité", organisé par le GREPSY, Groupe de Recherches en Psychiatrie, Janine Altounian est l'invitée de la prochaine séance du 13 janvier 2016 sur "La curiosité,  une voie de transformation du traumatisme ?  Une expérience personnelle et son élaboration". La conférence sera animée par le psychologue Serge Brézins.
Entrée libre sur inscription préalable.

"En m'appuyant sur un témoignage personnel, j'aimerais montrer combien la curiosité, c'est à dire une certaine appétence à l'altérité que l'expérience traumatique a précisément attaquée est, en fait, le seul levier dont dispose l'héritier d'une transmission traumatique pour se dégager de celle-ci et l'élaborer. Nous verrons comment une scène princeps du récit de déportation de mon père a ouvert la voie à mon entrée à l'école puis, plus tard, à mon entrée dans la cure dont un des enjeux essentiels est bien l'instauration de l'altérité dans le sujet. Il faut toutefois préciser en quoi cette naissance du rapport à l'autre différent dépend des conditions politiques que le pays d'accueil offre aux héritiers des survivants aux crimes de masse." 

La curiosité, une voie de transformation du traumatisme ? Une expérience personnelle et son élaboration
13/01/2016
Centre Hospitalier St Jean de Dieu - Lyon 8 ème
Syndiquer le contenu