Héritage traumatique

L’écriture comme processus de subjectivation d’un héritage traumatique. Inscription dans le monde et socialisation dans l’espace du politique.

 

Au Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques, UFR Sciences Sociales, Université Paris Diderot - Paris 7, 

Séminaire: Sujet, subjectivation, désubjectivation, Coordination et responsabilité pédagogique : Martine Leibovici

 

L’écriture comme processus de subjectivation d’un héritage traumatique. Inscription dans le monde et socialisation dans l’espace du politique.
25/10/2012
Université Paris Diderot - Paris 7, 17h à 19h (dès 16h pour les étudiants) Amphi 50, Dalle des Olympiades

Janine Altounian : De la cure à l’écriture. L’élaboration d’un héritage traumatique.


Parution le vendredi 25 mai 2012 aux éditions des PUF, "Hors collection" du dernier livre de Janine Altounian. Dans cet ouvrage, Janine Altounian revient sur un des thèmes fondateurs qui traverse toute son oeuvre autour de  l'élaboration de l'héritage traumatique par le travail de la cure analytique et celui de l’écriture. Le parcours analytique esquissé ici cherche à témoigner de ce qui s’est transmis aux descendants des survivants, tous disparus à présent, du génocide arménien de 1915, nié par l’État turc. Aboutissant à la réappropriation et à l’amour de cette transmission, il peut être lu comme un cas clinique intéressant les psychanalystes et les héritiers de diverses catastrophes historiques. Il montre par ailleurs combien une telle élaboration est également tributaire du poids des valeurs démocratiques au sein du pays d’accueil des survivants.

Voir le livre 

Lire la suite aux éditions des PUF.

 

23/09/2012
Presses universitaires de France

" La transmission de l'héritage traumatique " par Janine Altounian : table ronde du 7 mars 2008 à l'Université du Québec

Janine Altounian : la transmission de l'héritage traumatique

Janine Altounian invitée par le Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions à l'Université du Québec à Montréal le 7 mars 2008 pour débattre de " La transmission de l'héritage traumatique ".

Participant-e-s :

Janine Altounian (AIRCRIGE, France)
David Benhaïm (Société psychanalytique de Montréal)
Claudie Gagné (Université Trent)
Arpi Hamalian (Université Concordia)
Simon Harel (CELAT, UQAM)
Nellie Hogikyan (CELAT, UQAM)

 

07/03/2008
Université du Québec
La transmission de l'héritage traumatique
Voir la video

Conférence de Janine Altounian à Kigali (Rwanda) le 12 et 13 novembre 2008

 

Conférence de Janine Altounian le 12 et 13 novembre 2008 à Kigali
 

Survivre à la mémoire insoutenable des violences grâce à son déplacement dans le temps et le lieu de son élaboration

" Malgré votre aimable invitation à ce colloque et bien sûr malgré l’émotion et le plaisir que je ressens à être parmi vous, ma présence ici me semble quelque peu injustifiée pour les raisons que je commencerai par exposer :

Tout d’abord, je demeure hélas sceptique vis-à-vis du propos de notre rencontre car, en héritière de parents survivant au génocide des Arméniens perpétré en 1915 par l’Empire ottoman, j’ai toujours considéré, dans mes élaborations d’analysante, la stratégie du déplacement comme condition nécessaire, aussi bien au travail psychique de deuil qu’au travail politique exigé par le scandale d’un tel héritage. Il m’a semblé jusqu’à maintenant qu’un double déplacement – transgénérationnel et géographique – était indispensable aux héritiers d’un semblable patrimoine meurtrier pour inscrire des violences non subjectivables dans une subjectivité, la leur, et partant celle de leurs contemporains, afin de pouvoir, en leur propre nom, historiciser dans le monde où ils vivent le vécu inouï de leurs ascendants.

Devant s’acquitter d’une dette infinie aux morts, ils ont évidemment à transmettre la mémoire de leurs proches suppliciés, à dénoncer la réalité de ce à quoi ont survécu ceux qui restent en vie. En prêtant ainsi parole à des êtres humains assassinés dans le laisser-faire du monde, ils les remettent et se remettent eux-mêmes en lien avec ce monde-la pour les réinsérer, se réinsérer dans l’histoire d’un monde qui les avait ignorés. C’est par cette remise en lien qu’ils peuvent élaborer ce qui les habite, quelque peu s’en affranchir et inaugurer un nouvel investissement de la vie. "

12/11/2008
Kigali
Traumatisme et déplacement

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp à « Cartes sur table » le 13 décembre 2008

Janine Altounian : le traumatisme du séisme et le réveil de la mémoire du génocide


Intervention de Janine Altounian sur Radio Ayp 
dans l'émission Cartes sur table
 le 13 décembre 2008,  animée par Hasmig Papazian. Cette émission est consacrée au Colloque international de Psychanalyse, « Traumatisme, Mémoire et Culture » qui s'est tenu à Erevan en juillet 2008, du 18 au 25, organisé par le président de l’Association pour le Développement de la Psychanalyse en Arménie et pédo-psychiatre, Diran Donabédian,

Programme du Colloque 
Intervention de Janine Altounian en arménien le 20 juillet: « Répercussions des événements de 1988 en Arménie sur le travail de  transmission chez une Arménienne de France »

Ont participé à l'émission : Frédéric Khidichian, Psychiatre, membre de la première mission « Psy » mise en place par Médecin du Monde en Arménie en 1989, Janine Altounian, auteur notamment de La Survivance, spécialiste de la transmission et de la filliation, Gérard Robin, pédo-psychiatre, responsable de Douleur Sans Frontière en Arménie où l’organisation a ouvert un centre médico psychologique pour enfants à Gumri.

56 mn
français
arménien
turc

La question du trauma dans l'interprétation du passé : colloque international - Fonds Ricœur I EHESS I IPT du 7 au 9 juin

La question du trauma dans l'interprétation du passé :

journée d'étude de l'EHESS le jeudi 7 juin à la Faculté Libre de Théologie Protestante organisée par l'Atelier international de recherche sur les usages du passé

Histoire et trauma : Jeudi 7 juin 17h - 20h 

Janine Altounian (essayiste, traductrice), dialogue autour de son oeuvre et son dernier livre, De la cure à l’écriture. L’élaboration d’un héritage traumatique, Paris, PUF (parution mai 2012) 

Olivier Abel (philosophe, Faculté Protestante, Fonds Ricoeur), Accueil et modération 

Sabina Loriga (historienne, Ehess), « Introduction » 

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière (psychanalystes, Ehess), « La revanche de l'histoire » 

Même s’il a subi, au gré des avancées, d’importants remaniements, le concept de trauma, ou de traumatisme, a toujours été central au sein de l’appareil théorique de la psychanalyse. Ces dernières années, il survient de plus en plus hors du champ clinique, dans les tentatives de transmettre l’expérience des survivants, des rescapés, ainsi que des victimes indirectes des expériences génocidaires du 20è siècle, qui n’ont pas vécu l’événement traumatique, mais ont été terrassées par la massivité de la perte (comme les enfants de survivants). Accepté par les sciences sociales, le concept de trauma nourrit également de nombreux textes littéraires ainsi que des oeuvres d’art. Sans doute, est-on devenu plus sensible à la manière dont certains événements historiques perturbent gravement les capacités de symbolisation des individus, attaquant leur capacité de pensée.

 Programme du colloque

07/06/2012
Faculté Libre de Théologie Protestante

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp dans « Au fil des pages » le 2 mai 2009

Janine Altounian : Mémoires du génocide arménien, héritage traumatique et travail analytique

Interview de Janine Altounian sur radio Ayp dans l'émission Au fil des pages présentée par Satenig, Pérouse et Takouhie le 2 mai 2009, à l'occasion de la parution de son dernier livre : Mémoires du génocide arménien, héritage traumatique et travail analytique.

 

 

 

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp à « Cartes sur table » le 27 Février 2010

Janine Altounian : qu'est pour vous l’identité arménienne ?

Intervention de Janine Altounian sur Radio Ayp dans l'émission Cartes sur table le 27 Février 2010, animateur Hasmig Papazian, avec Dzovinar Kévonian, historienne et Harold Alexanian, psychanalyste.
 

 

.

" Survivre au génocide : traduire le traumatisme " : conférence à la Bibliothèque municipale de Lyon le 14 avril 2006

Janine Altounian : survivre au génocide, traduire le traumatisme 


Comment peut-on donc être Arménien de la diaspora, subir l’affront de porter en soi une patrie “chimérique”, comment vivre rescapé d’un génocide, qui bien réel celui-là, n’est pas pris en compte dans les décisions des instances internationales... ? Quel est le statut de celui qui se retrouve “anormalement” survivant, dans une société qui l’avait programmé mort ? Comment peut-on encore vivre, avec quelles structures profondes, quels rapports au plaisir de vivre et à la mort lorsque l’on doit sa naissance à la gratuité du hasard.

Être descendant de survivants d’un génocide non reconnu par ses auteurs, c’est se situer d’emblée dans un rapport particulier au langage. Il ne s’agit pas là seulement de témoignage, mais d’identité. À notre époque où les exterminations prolifèrent, toutes les langues et les cultures majoritaires de l’Occident sont ainsi contraintes de recueillir en leur sein les vestiges de civilisations effondrées à leur insu ou en leur nom. Le travail d’élaboration et d’écriture que doit effectuer un descendant de survivants cherche à inscrire, dans l’Histoire du monde, ceux qui ont été effacés de leur propre histoire. 

 

14/04/2006
Bibliothèque municipale de Lyon
Histoire et mémoire
Syndiquer le contenu