Filiation

« Le Droit de Vivre » consacre un dossier sur « Les 100 ans du génocide arménien » : interview de Janine Altounian

« Le Droit de Vivre » (n°653-décembre 2014-janvier 2015), le magazine de la LICRA consacre 13 pages au « 100 ans du génocide arménien » avec en couverture une photo de manifestants défilant à la mémoire de Hrant Dink, le journaliste arménien assassiné par un nationaliste turc à Istanbul en janvier 2007. Dans son éditorial, le rédacteur en chef, Antoine Spire rappelle « un centenaire de combat » car écrit-il « les Turcs ont-ils seulement assassiné en 1915 près de deux millions d’Arméniens, mais su organiser la dénégation de ce génocide au point que, cent ans plus tard, les séides d’Erdogan nient toujours, et continuent de faire pression sur les individus, sur les institutions et sur les Etats, pour empêcher cette reconnaissance ».

« Le Droit de Vivre » consacre plusieurs articles au génocide arménien. Sous le titre « Le génocide arménien a un siècle », le magazine rappelle sur une page les dates importantes de cet évènement depuis 1915 jusqu’en 2015. Puis un article signé d’Alain Barbanel et titré « Malgré les preuves, Erdogan nie toujours » le journal fait un rappel des ouvrages historiques -dont le dernier livre d’Yves Ternon et Raymond H. Kévorkian Mémorial du génocide des Arméniens. « Le Droit de Vivre » présente également une interview de l’historien Yves Ternon, spécialiste du génocide arménien, sous le titre « archétype d’un génocide ». Il interroge également l’écrivain et traductrice Janine Altounian dans un article titré « le génocide dans le Journal d’un père et dans la mémoire de sa fille »....Lire la suite sur le site du CollectifVAN.org.

Retrouvez l'interview de Janine Altounian « le génocide dans le Journal d’un père et dans la mémoire de sa fille ».

 

 

français

Interview de Janine Altounian sur radio Canada le 11 mars 2008

Janine Altounian: sortir d'un trauma collectif

Interview de Janine Altounian sur radio Canada par Patrick Masbourian dans son émission Vous êtes ici le 11 mars 2008.

On commence seulement à entrevoir les infinies blessures psychiques dont sont marqués les survivants des génocides du XXe siècle ainsi que leurs descendants. Janine Altounian s'intéresse à la traduction, dans le psychisme, d'un trauma collectif chez les descendants de survivants. Elle était de passage à Montréal la semaine dernière pour donner une série de conférences. 

Janine Altounian est germaniste, essayiste et traductrice de Freud. Née en France de parents survivants du génocide arménien de 1915, elle a beaucoup réfléchi sur la transmission de l'héritage traumatique. Elle était de passage à Montréal à l'invitation du Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions de l'Université du Québec à Montréal. 
 

" La transmission de l'héritage traumatique " par Janine Altounian : table ronde du 7 mars 2008 à l'Université du Québec

Janine Altounian : la transmission de l'héritage traumatique

Janine Altounian invitée par le Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions à l'Université du Québec à Montréal le 7 mars 2008 pour débattre de " La transmission de l'héritage traumatique ".

Participant-e-s :

Janine Altounian (AIRCRIGE, France)
David Benhaïm (Société psychanalytique de Montréal)
Claudie Gagné (Université Trent)
Arpi Hamalian (Université Concordia)
Simon Harel (CELAT, UQAM)
Nellie Hogikyan (CELAT, UQAM)

 

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp à Cartes sur table le 13 décembre 2008

Janine Altounian : le traumatisme du séisme et le réveil de la mémoire du génocide


Intervention de Janine Altounian sur Radio Ayp 
dans l'émission Cartes sur table
 le 13 décembre 2008,  animée par Hasmig Papazian. Cette émission est consacrée au Colloque international de Psychanalyse, « Traumatisme, Mémoire et Culture » qui s'est tenu à Erevan en juillet 2008, organisé par le président de l’Association pour le Développement de la Psychanalyse en Arménie et pédo-psychiatre Diran Donabédian,

Programme du Colloque 
Intervention de Janine Altounian en arménien : « Répercussions des événements de 1988 en Arménie sur le travail de  transmission chez une Arménienne de France »

Ont participé à l'émission : Frédéric Khidichian, Psychiatre, membre de la première mission « Psy » mise en place par Médecin du Monde en Arménie en 1989, 
Janine Altounian, auteur notamment de La Survivance, spécialiste de la transmission et de la filliation. 
Gérard Robin, pédo-psychiatre, responsable de Douleur Sans Frontière en Arménie où l’organisation a ouvert un centre médico psychologique pour enfants à Gumri.

français
arménien
turc

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp à Cartes sur table le 27 Février 2010

Janine Altounian : qu'est pour vous l’identité arménienne ?

Intervention de Janine Altounian sur Radio Ayp dans l'émission Cartes sur table le 27 Février 2010, animateur Hasmig Papazian, avec Dzovinar Kévonian, historienne et Harold Alexanian, psychanalyste.
 

 

.

De la cure à l'écriture. L'élaboration d'un héritage traumatique

Résumé

Le parcours analytique esquissé ici cherche à témoigner de ce qui s'est transmis aux descendants des survivants, tous disparus à présent, du génocide arménien de 1915, nié par l'Etat turc. Aboutissant à la réappropriation de cette transmission, il peut être lu comme un cas clinique intéressant les psychanalystes et les héritiers des catastrophes historiques.

Entretien avec Janine Altounian sur France Culture - Journal de la philosophie

De la cure à l'écriture - Idées - France Culture : Le journal de la philosophie par François Noudelmann, le 10 juillet  2012.
Durée : 9 mn

L'excipit du livre : Zépur, le témoignage d'une rescapée 

L'ouvrage se termine par la transcription de l’entretien de Zépur Mezbakian, rescapée du génocide des Arméniens, diffusé sur France inter dans Là bas si j'y suis de Daniel Mermet le 11 mai 2005. Cet entretien d’une survivante, semblable aux « grands mères de son enfance »,  a été intégralement retranscrit par Janine Altounian dans le dernier chapitre du livre. Rare témoignage oral d’une expérience de ce qui a pu se vivre pendant la déportation des Arméniens vers les déserts de la mort, il constitue à ce titre un socle fondamental et emblématique de toute la réflexion de l’auteur sur l’héritage de cette transmission.

Pour étayer son propos elle fait entendre un extrait de cet entretien (8mn) dans nombre de ses interventions. Par exemple en 2011, au cours de la conférence filmée Expériences enfantines des génocides (Philippe Mesnard, Janine Altounian, Marie-Odile Godard, Nicole Dagnino) qu'elle fait à l’Unesco au colloque Enfance en guerre. Témoignages d'enfants sur la guerre. Egalement en 2015 à la Fondation Auschwitz à Bruxelles à la journée d'étude : « Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien ? »

 
Ce livre illustre à l’aide d’exemples personnels le rapport existant entre le travail de la cure et celui de l’écriture lors de l’élaboration d’un héritage traumatique.

Présentation du livre

Fédération des Ateliers de Psychanalyse le samedi 23 février 2013. Jeanne BERNARD et Nicole ROGER dialogueront avec l’auteure.

De la cure à l'écriture. L'élaboration d'un héritage traumatique
Janine Altounian
Hors collection
français
2012
248
978-2-13-060707-6

L'oubli du père

4ème de couverture

Pater incertus, mater certissima... Le père est aussi incertain que la mère est certissime. Les conséquences de cette dissymétrie sont multiples. Parce qu'il peut ne pas y avoir de père, son éventuel amour prend la forme d'une élection, voire d'un luxe. Quand il n'est pas inconnu, le père est au moins improbable. De là à le négliger, l'éclipser, l'effacer... L'oubli du père revêt les formes les plus diverses, depuis l'accident que l'on voudrait insignifiant jusqu'à l'inéluctable destin.
 
L'oubli du père
sous la direction de Jacques André, Catherine Chabert : Catherine Chabert, Pierre Pachet, Janine Altounian et al.
Petite bibliothèque de psychanalyse
français
2004
175
2-13-054072-4

Table ronde avec Janine Altounian, auteur d’ouvrages sur la transmission psychique chez les enfants de survivants à un trauma collectif

Table ronde avec Janine Altounian, auteur d’ouvrages sur la transmission psychique chez les enfants de survivants à un trauma collectif in Guérir ? Dans la psychose et l’autisme, Actes de la journée d’étude de l’Association Les enfants au Pays, samedi 25 novemrbre 2006.
Guérir ? Dans la psychose et l’autisme, Actes de la journée d’étude du 25 novembre 2006
25/11/2006
français
Table ronde avec Janine Altounian, auteur d’ouvrages sur la transmission psychique chez les enfants de survivants à un trauma collectif
2006

Écrire pour habiter et transmettre une lettre Morte

« Écrire pour habiter et transmettre une lettre Morte »  in Revue des sciences humaines, Transmission et filiations, 301,1/2011, textes réunis par Carine Trévisan et Crystel Pinçonnat, Presses universitaires du Septentrion.

Cet ouvrage interroge l'importance accordée aujourd'hui, dans nombre d'essais critiques portant sur des textes littéraires
allant du XVIIIe au XXIe siècles, à la question de la filiation et de la transmission. Il développe l'hypothèse selon laquelle c'est souvent dans des moments critiques de l’histoire (génocides, émigrations contraintes…) qu’émergent cette question et la nécessité de s’en donner une représentation. Les textes rassemblés ici examinent des liens de filiation souvent problématiques ou brisés et les incertitudes de la transmission. Ils montrent combien peut être pesante l’emprise de l’ascendant sur le descendant, mais aussi, lorsque les pères ou mères sont restés silencieux ou ont été voués à un destin de dénuement, le travail d’enquête et de réparation des descendants. Il s’agit également, par la combinaison d’affiliations multiples, par la réélaboration d’un héritage parfois mortifère, d’échapper à ce qui assignerait à chacun une place, une identité et une appartenance immuable, de se libérer ainsi de l’emprise généalogique.  L’ouvrage examine ainsi comment il peut y avoir une forme d’inventivité lorsque que l’on refuse d’être dans la perpétuation du même, perpétuation mortifère et combien le jeu de la mixité, de la discontinuité, du pluriel permet d’ouvrir l’espace de liberté nécessaire à toute transmission.

Revue des sciences humaines
10/01/2011
français
Écrire pour habiter et transmettre une lettre Morte
2011
Syndiquer le contenu