Journée d'étude

Traumatismes, environnement et sociétés : quels après-coups ? : Journées scientifiques du 22 au 24 juin 2017 de l’URFT de St Denis et de l’association TRAMES PSY

En partenariat avec le Centre de Recherche Psychanalyse Médecine et Société de l’Université Denis Diderot- Paris 7 et le Laboratoire PCPP Psychologie clinique, Psychopathologie, et Psychanalyse de l’Université Paris 5 , l'URFT (Unité de Recherche et de Formation sur le Traumatisme) du Centre hospitalier de Saint-Denis et ’association TRAMES PSY organisent trois journées à la Bourse du travail de Saint-Denis sur : " Traumatismes, environnement et sociétés : quels après-coups ?".

Après les attentats du 13 novembre et l’opération du Raid sur l’appartement d’un immeuble de Saint-Denis, nous en sommes à considérer les après-coups. Ces journées nous amèneront à explorer diverses questions : quels sont les effets des consultations d’urgence ? Mises en place sur site et ailleurs ? Quels suivis des victimes ? Du traitement de la question par les médias, les politiques, les spécialistes ? Quels effets sur les professionnels ? 

La question du traumatisme extrême, dans ses diverses figures, amène par ailleurs à se demander comment l’environnement peut-il avoir un effet (protecteur, aggravant...) sur une souffrance qui relève aussi de la petite histoire, celle du sujet... Quel impact de la «grande Histoire» sur la petite histoire, celle de l’homme, la femme, l’enfant dit «victime». L’environnement dans ses dimensions plurielles - les proches, le social dans ses différentes dimensions et le politique – peut-il favoriser l’intégration et la symbolisation de l’effraction traumatique ou en grêver les possibilités ? 

6 décembre 2014 - Intervention de Janine Altounian au IVème Congrès de la CUMP à l'île de La Réunion : "Trauma et transmission transgénérationnelle ?"

Les 5 et 6 décembre : La CUMP-R organise son IVème Congrès  sur le thème "Trauma et transmission transgénérationnelle ?" à Saint-Leu sur l'île de La Réunion. Intervention de Janine Altounian le 6 décembre : "Influence des événements politiques dans l'élaboration psychique du trauma chez les héritiers d'une catastrophe historique".

Programme
Intervention de Janine Altounian : Influence des événements politiques dans l’élaboration psychique du trauma chez les héritiers d’une catastrophe historique

 

Journée d’étude du 26 septembre 2014 organisée par Jean-François Chiantaretto : Un texte, des analystes : autour de « L’enfant mal accueilli et sa pulsion de mort » (Ferenczi) à l’UTRPP (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité)


Journée d’études de l’UTRPP
(Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) organisée par Jean-François Chiantaretto  le vendredi 26 septembre 2014 :
UN TEXTE, DES ANALYSTES : Autour de « L’enfant mal accueilli et sa pulsion de mort » (Ferenczi) 
Un texte, des analystes : carte blanche est donnée à des analystes pour se confronter à un texte de Ferenczi, dans l’actualité de leurs implications cliniques et théoriques. Ce texte a été choisi pour son importance métapsychologique et sa capacité à interroger la place de son auteur, aujourd’hui, dans la pratique clinique et théorique des analystes. Après avoir été longtemps rejeté, l’héritage ferenczien occupe maintenant une place de plus en plus importante, pour une part liée à la réception de Winnicott, qui a permis que soit vraiment posée la question du rôle joué par la réalité de l’environnement dans la construction psychique du sujet. Toutefois, même si les enjeux passionnels occupent moins le devant de la scène et si colloques et publications abondent, l’œuvre de Ferenczi reste aujourd’hui encore un facteur de troubles, ce dont la relative méconnaissance du texte ici abordé témoigne très directement. 
Publication des textes du colloque

16 mars 2015, Bruxelles, Palais des Académies - Journée d'étude : « Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien ? » organisée par la Fondation Auschwitz – Mémoire d’Auschwitz


La prochaine journée d'étude de l'ASBL Mémoire d’Auschwitz, intitulée «Quelle(s) mémoire(s) pour le génocide arménien », aura lieu le lundi 16 mars à Bruxelles au Palais des Académies.
Le génocide des Arméniens de Turquie (1915-1916) suscite toujours de nombreux débats. D’une part, l’obstination des gouvernements turcs de nier cette qualification est en opposition radicale avec sa reconnaissance par de nombreux gouvernements. D’autre part, les communautés arméniennes militent pour cette reconnaissance en construisant la mémoire publique de ce génocide.
 

Programme et Vidéo

11 h 50  : Intervention de Janine Altounian (Paris) : "Comment traduire en mots l’expérience de son propre effacement rencontré lors d’un voyage en Turquie ?"

Journée d'étude du 29 novembre 2014 sur " Mémoire diasporique et co-création socioculturelle‏ : rester soi en devenant autre" organisée par le Centre National de la Mémoire Arménienne

En partenariat avec la Fondation Napoléon et Léa Bullukian, le CNMA, le Centre National de la Mémoire Arménienne de Décines organise le samedi 29 novembre une journée d'étude : Mémoire diasporique et co-création socioculturelle : « rester soi en devenant autre »Dans le cadre de cette réflexion sur la dynamique d’une communauté pluri-identitaire en devenir permanent proposée par Jules Mardirossian avec le concours de Jean-Claude Métraux, Janine Altounian interviendra sur la dimension politique du "rester soi en devenant autre".

Journée scientifique du 4 juin 2015 sur les "Violences collectives et génocides : l’après" organisée par l’ALFEST à l'Ecole du Val de Grâce à Paris

ALFEST, l'Association de langue française pour l’étude du stress et du trauma, organise le 4 juin 2015 à l'Ecole du Val de Grâce à Paris, une journée scientifique sur les Violences collectives et génocides : l’après. A cette occasion, Janine Altounian, traductrice et essayiste,  interviendra sur « Le dégagement, au cours de la cure et par l’écriture, mais dans certaines conditions sociopolitiques, des pulsions de vie enfouies dans un héritage traumatique ».
Nous rencontrons souvent dans divers lieux d’aide aux victimes des personnes consultant pour des souffrances liées aux situations de violences collectives qui ont pour noms guerres, massacres collectifs ou génocides...
Questionner « l’après », c’est soulever quelques-unes des questions suivantes : Que deviennent les personnes impliquées dans les violences collectives ? Que transmettent-elles à leur descendance des blessures et des ressources mobilisées pour continuer à vivre ou à survivre, comment leur descendance reçoit cet héritage et agit sur lui pour en désamorcer la puissance mortifère et se tourner vers la vie ? Enfin dans quelles modalités créatives et avec quelles visées thérapeutiques les cliniciens peuvent-ils intervenir afin que les personnes portant les séquelles directes ou transgénérationnelles des drames renouent avec la vie et avec l’humanité ? Ou encore : comment tenir compte, dans nos interventions, du caractère collectif des agressions et des contextes culturels propres aux populations qui ont été violentées ?

Journées d'étude du 9 au 11 avril 2015 : "Traumatismes, lien social et éthique " organisées par l'URFT à la Bourse du travail de Saint-Denis

Traumatismes, lien social et éthiqueL’URFT (Unité de Recherche et de Formation sur le Traumatisme) du Centre hospitalier de Saint-Denis et l’association TRAMES PSY, en collaboration avec l’UFR d’études psychanalytiques de l’Université Paris Diderot-Paris 7, l’ASMC et l’Alfest (Association de langue française d’étude sur le stress et le trauma) organisent 3 journées scientifiques de formation du 9 au 11 avrils 2015 à la Bourse du travail de Saint-Denis sur : Traumatismes, lien social et éthique. A cette occasion, Janine Altounian qui présidera la journée du 10 avril, interviendra sur « Le lien social qui prend racine dans le lien aux ancêtres et à leur culture à assumer, transmettre, réactualiser est menacé de destruction aujourd’hui. » 

Les actes de cette journée d'étude ont été publiée dans un ouvrage collectif Traumatisme, lien  social et éthique publié en 2016 aux éditions InPress.

Syndiquer le contenu