Transmission psychique d’un trauma collectif

L’intraduisible d’une transmission traumatique porté au champ transférentiel de la cure et de l’écriture in Documents & débats de L’Association Psychanalytique de France, n° 102 de juin 2020, bulletin intérieur

Janine Altounian
L’intraduisible d’une transmission traumatique porté au champ transférentiel de la cure et de l’écriture

Texte de l'intervention de Janine Altounian invitée par l'APF aux soirées de l'association à Lyon le 21 novembre 2019.

Ma réponse à votre invitation sera en fait un hommage au travail analytique. Mon écriture, que j‘appelle « écriture d’analysante », retrace en effet une certaine élaboration de l’héritage traumatique d’un crime de masse, tandis que cet hommage met au jour, tout spécialement dans mon dernier livre/testament, L’effacement des lieux, les traces prometteuses de vie qu’aura pourtant laissées un passé mortifère et traumatisant.

Écrit à la fin d’une troisième cure dont les deux précédentes, terminées respectivement en 1974 et 2010 m’avaient conduite, en 1975, à l’écriture et, en 1970, à la traduction de Freud puis à celle de ses Œuvres complètes sous la direction de Jean Laplanche, la thématique de la traduction occupe dans ce témoignage une place prépondérante, tant pour la traduction du mutisme des survivants que pour celle de leur empreinte dans le déplacement linguistique et culturel lors d’un éventuel transfert positif au « pays d’accueil ». Cette primauté de la traduction mise au service de la pulsion de vie chez les héritiers d’une rupture historique violente s’exprime aussi bien dans des passages autobiographiques proposés, en quelque sorte, comme des « vignettes cliniques », que dans des théorisations progressant « en spirale » au fur et à mesure des étapes de l’élaboration.

Documents & débats
21/06/2019
français
L’intraduisible d’une transmission traumatique porté au champ transférentiel de la cure et de l’écriture in Documents & débats de L’Association Psychanalytique de France, n° 102 de juin 2020, bulletin intérieur
2019

Vivre – Survivre - Récits de résistance

Quelles sont les conditions de possibilité et quels sont les enjeux du « récit de la vie » dans les situations de souffrance physique, psychique ou morale ? Lorsqu'elles défont les ressources même du « vouloir vivre », comment les situations de marginalité, de précarité et de souffrance peuvent-elles encore être racontées ? Pour les hommes et les femmes blessés par la vie et par le monde, le récit peut-il être un lieu de résistance et de reconstruction de soi et du monde autour de soi ?

En interrogeant les contextes sociétaux et les dimensions tant personnelles que sociales de la parole biographique en situation parfois extrême (de la précarité au génocide, en passant par l'exil), cet ouvrage paru en 2011 sous le direction de Christine Delory-Momberger & Christophe Niewiadomski, se donne pour objet d'examiner les effets de déliance et de reliance du récit entre « vivre et survivre ». 

Voir l'article de Janine Altounian : "L’étrange survie d’un récit de survivance".

Vivre – Survivre -  Récits de résistance
Christophe Niewiadomski, Christine Delory-Momberger
Autobiographie et éducation
français
2011
196
9782912868817
Syndiquer le contenu