Crimes contre l'humanité

Génocide des Tutsi au Rwanda - Rencontre et projections au Mémorial de le Shoah


Après les tentatives de destruction des Arméniens et des Juifs d’Europe, le génocide des Tutsi en 1994 est le dernier des génocides du 20e siècle. Orchestré par le parti au pouvoir au Rwanda, le génocide a fait un million de victimes en l’espace de 3 mois. A l’instar des génocides précédents, celui des Tutsi a commencé par une phase de stigmatisation de la population, s’est poursuivi par la persécution qui allait déboucher sur la mise à mort. Pour autant, ce meurtre de masse caractérisé a ceci de particulier qu’il est le premier « génocide de proximité ». Bourreaux et victimes étaient en effets des voisins, comme sont aujourd’hui voisins les survivants Tutsi et les Hutu convaincus de crimes par les juridictions de proximité mise en place par le nouveau régime. Par son ampleur comme par les mécanismes mis en oeuvre, le génocide des Tutsi pose aux Etats, aux organisations internationales et au citoyen des questions cruciales et toujours actuelles.

 

10/04/2012
Mémorial de la Shoah - Paris
Des Tutsi au Rwanda

Conférence le 25 mars autour du génocide des Tutsi au Rwanda aux Territoires de la Mémoire - Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains ?

Conférence avec Janine AltounianAlexia Jacques, Jacques Roisin et Béatrice Mukamulindwaorganisée par Les Territoires de la Mémoire dans le cadre de l'exposition sur Le génocide des Tutsi au Rwanda 1994-2019 : Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains ?

Comment les personnes victimes de génocides ou de telles exactions peuvent-elles se remettre à vivre ? Quelles sont leurs souffrances et leurs espoirs ?
Comment les parents qui, après un génocide, recherchent leurs enfants disparus peuvent-ils tenir alors qu’ils n’ont pas à faire le deuil d’enfants espérés vivants ? Comment comprendre la dégradation de conflits en massacres et génocides ? Quels sont les effets de la transmission du trauma du génocide sur les descendants ? Que nous apprennent les justes du Rwanda et d’ailleurs ?

25/03/2019
La Cité Miroir, place Xavier-Neujean 22 – 4000 Liège
Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains ?
Voir la video
2h20

Conférence le 25 mars autour du génocide des Tutsi au Rwanda aux Territoires de la Mémoire - Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains ?

Conférence avec Janine AltounianAlexia Jacques, Jacques Roisin et Béatrice Mukamulindwaorganisée par Les Territoires de la Mémoire dans le cadre de l'exposition sur Le génocide des Tutsi au Rwanda 1994-2019 : Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains ?

Comment les personnes victimes de génocides ou de telles exactions peuvent-elles se remettre à vivre ? Quelles sont leurs souffrances et leurs espoirs ?

Comment les parents qui, après un génocide, recherchent leurs enfants disparus peuvent-ils tenir alors qu’ils n’ont pas à faire le deuil d’enfants espérés vivants ? Comment comprendre la dégradation de conflits en massacres et génocides ? Quels sont les effets de la transmission du trauma du génocide sur les descendants ? Que nous apprennent les justes du Rwanda et d’ailleurs ?

Comment fonctionnent la déshumanisation et la réhumanisation des êtres humains ?
25/03/2019
La Cité Miroir, place Xavier-Neujean 22 – 4000 Liège

"La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar" in Jura Gentium - Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale :Vol. XII, 2015, Violenza e civilité. Riflessioni a partire da Étienne Balibar

Cet article publié dans le volume XII de la revue Jura Gentium, revue de philosophie du droit international, paru en 2015 est issu des actes du Colloque International d’Istanbul du 7 au 10 mai 2014 : "Violence, Politique, Exil/ Des- exil dans le Monde d'Aujourd'hui " en présence du philosophe Etienne Balibar.

L'ensemble de ce numéro est disponible en texte intégral sur le site de la revue ainsi que librement téléchargeable au format pdf.

L'intervention de Janine Altounian, "La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar", se trouve à la page 132 et la communication orale donnée à l'occasion du colloque enn 2014 peut également être réécoutée ainsi que l'ensemble des interventions sur le site de l'événement.

Jura Gentium - Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale
05/11/2015
français
"La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar" in Jura Gentium - Rivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale :Vol. XII, 2015, Violenza e civilité. Riflessioni a partire da Étienne Balibar
2015

Colloque International d’Istanbul du 7 au 10 mai 2014 : "Violence, Politique, Exil/ Des- exil dans le Monde d'Aujourd'hui " en présence du philosophe Etienne Balibar

Le colloque international d’Istanbul, qui a réuni des chercheuses et chercheurs en philosophie et sciences humaines de plusieurs nationalités, lieux, continents et de plusieurs générations, a été consacré à une réflexion sur la politique, la violence, la civilité contemporaine dans ses dimensions politiques, philosophiques et anthropologiques, en s’efforçant de réunir une diversité d’expériences et d’approches et de les rapporter aux enjeux de l’actualité. Ce colloque se propose donc d’engager un travail de recherche sur le thème – Violence et Politique, Exil/Des-exil dans le monde d’aujourd’hui – en présence du philosophe Etienne Balibar, (Paris). Un de ses livres importants – Violence et Civilité. Paris, Galilée, 2010 – sera le matériau principal du travail collectif.

Intervention de Janine Altounian le jeudi 8 mai 2014 : 
"La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar" 

Retrouvez l'ensemble des enregistrements du colloque

Retrouvez les résumés de l'ensemble des interventions du colloque

Les actes du colloque ont été publiés en 2015 dans la revue Jura GentiumRivista di filosofia del diritto internazionale e della politica globale :Vol. XII, 2015, "Violenza e civilité. Riflessioni a partire da Étienne Balibar".

08/05/2014
Istanbul - Turquie
Philosophie, Violence, Civilité
30 mn
"La temporisation transgénérationnelle, un cas de "Civilité" selon Étienne Balibar"

L'Histoire trouée. Négation et témoignage

Présentation de l'éditeur

Issu de l’important colloque tenu à la Sorbonne en septembre 2002, L’Histoire trouée propose une réflexion collective sur la mémoire, la connaissance et la visibilité des catastrophes historiques, génocides et crimes contre l’humanité. Universitaires-chercheurs, artistes (littérature, cinéma, photographie), juristes et cliniciens se sont associés dans ce livre pour visiter le couple maudit négation-témoignage, dans une approche résolument humaniste et plurielle qui envisage ces catastrophes à l’échelle du monde (Europe bien sûr, mais aussi Rwanda, Afrique, Cambodge, Argentine, Maghreb, Kurdistan, Arménie, Amériques, etc.). La variété des lieux d’histoire mobilisés par la quarantaine d’auteurs fait ainsi écho à la diversité du questionnement, à l’ampleur de la réflexion : Sommes nous entrés dans une ère de la négation ? Comment disparaît-on de l’histoire ? Qu’est-ce qui rend impensable le crime ? Quels sont les agents institués ou non de la négation, leurs modalités d’action ? De quoi et comment peut-on se faire le témoin ? Quelle est la place de la fiction et de l’imaginaire dans le témoignage ? Quelles sont les temporalités propres à toutes ces questions ?

L'Histoire trouée. Négation et témoignage
Sous la direction de Catherine Coquio
Comme un accordéon
Catherine Coquio
français
2004
608
9782841722488
Syndiquer le contenu