psychanalyse

La question du trauma dans l'interprétation du passé : colloque international - Fonds Ricœur I EHESS I IPT du 7 au 9 juin

La question du trauma dans l'interprétation du passé :

journée d'étude de l'EHESS le jeudi 7 juin à la Faculté Libre de Théologie Protestante organisée par l'Atelier international de recherche sur les usages du passé

Histoire et trauma : Jeudi 7 juin 17h - 20h 

Janine Altounian (essayiste, traductrice), dialogue autour de son oeuvre et son dernier livre, De la cure à l’écriture. L’élaboration d’un héritage traumatique, Paris, PUF (parution mai 2012) 

Olivier Abel (philosophe, Faculté Protestante, Fonds Ricoeur), Accueil et modération 

Sabina Loriga (historienne, Ehess), « Introduction » 

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière (psychanalystes, Ehess), « La revanche de l'histoire » 

Même s’il a subi, au gré des avancées, d’importants remaniements, le concept de trauma, ou de traumatisme, a toujours été central au sein de l’appareil théorique de la psychanalyse. Ces dernières années, il survient de plus en plus hors du champ clinique, dans les tentatives de transmettre l’expérience des survivants, des rescapés, ainsi que des victimes indirectes des expériences génocidaires du 20è siècle, qui n’ont pas vécu l’événement traumatique, mais ont été terrassées par la massivité de la perte (comme les enfants de survivants). Accepté par les sciences sociales, le concept de trauma nourrit également de nombreux textes littéraires ainsi que des oeuvres d’art. Sans doute, est-on devenu plus sensible à la manière dont certains événements historiques perturbent gravement les capacités de symbolisation des individus, attaquant leur capacité de pensée.

 Programme du colloque

07/06/2012
Faculté Libre de Théologie Protestante

"Traduire le trauma" : conférence à Paris 7 Diderot le 10 mars 2010

Janine Altounian : traduire le trauma

Rencontre du 10 mars à Paris 7 Diderot avec Janine Altounian "TRADUIRE LE TRAUMA", invitée par Houria Abdelouahed, maître de conférences, François  Villa, professeur à Paris 7, Françoise Neau et Régine Waintrater, maîtres de conférence.

.
 

10/03/2010
Paris 7 Diderot
Traduire le trauma

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp dans « Au fil des pages » le 2 mai 2009

Janine Altounian : Mémoires du génocide arménien, héritage traumatique et travail analytique

Interview de Janine Altounian sur radio Ayp dans l'émission Au fil des pages présentée par Satenig, Pérouse et Takouhie le 2 mai 2009, à l'occasion de la parution de son dernier livre : Mémoires du génocide arménien, héritage traumatique et travail analytique.

 

 

 

Interview de Janine Altounian sur Radio Ayp à « Cartes sur table » le 27 Février 2010

Janine Altounian : qu'est pour vous l’identité arménienne ?

Intervention de Janine Altounian sur Radio Ayp dans l'émission Cartes sur table le 27 Février 2010, animateur Hasmig Papazian, avec Dzovinar Kévonian, historienne et Harold Alexanian, psychanalyste.
 

 

.

" Survivre au génocide : traduire le traumatisme " : conférence à la Bibliothèque municipale de Lyon le 14 avril 2006

Janine Altounian : survivre au génocide, traduire le traumatisme 


Comment peut-on donc être Arménien de la diaspora, subir l’affront de porter en soi une patrie “chimérique”, comment vivre rescapé d’un génocide, qui bien réel celui-là, n’est pas pris en compte dans les décisions des instances internationales... ? Quel est le statut de celui qui se retrouve “anormalement” survivant, dans une société qui l’avait programmé mort ? Comment peut-on encore vivre, avec quelles structures profondes, quels rapports au plaisir de vivre et à la mort lorsque l’on doit sa naissance à la gratuité du hasard.

Être descendant de survivants d’un génocide non reconnu par ses auteurs, c’est se situer d’emblée dans un rapport particulier au langage. Il ne s’agit pas là seulement de témoignage, mais d’identité. À notre époque où les exterminations prolifèrent, toutes les langues et les cultures majoritaires de l’Occident sont ainsi contraintes de recueillir en leur sein les vestiges de civilisations effondrées à leur insu ou en leur nom. Le travail d’élaboration et d’écriture que doit effectuer un descendant de survivants cherche à inscrire, dans l’Histoire du monde, ceux qui ont été effacés de leur propre histoire. 

 

14/04/2006
Bibliothèque municipale de Lyon
Histoire et mémoire

« Freud, une langue de rêve » : conférence de Psychiatrie française du 15 mars 2004

Janine Altounian : la langue du rêve chez Freud

Freud, une langue de rêve : conférence tenue le 15 mars 2004  aux Conférences de Psychiatrie française à l’hôtel Lamoignon.
 
15/03/2004
Hôtel Lamoignon - Paris
Le rêve au coeur de la psychanalyse freudienne
Voir la video

Oeuvres complètes de Freud : collection "Oeuvres complètes de Freud" des PUF

Textes co-traduits par Janine Altounian dans la collection Oeuvres complètes de Freud

Liste complète sur le site de l'éditeur


Directeurs de collection

La direction scientifique des OCF.P est assumée par Jean Laplanche, normalien, médecin-psychiatre et psychanalyste, professeur émérite à l’Université Paris VII et propagandiste infatigable de l’œuvre freudienne. Il dirige également aux PUF les collections « Voix nouvelles en psychanalyse », « Bibliothèque de psychanalyse » et « Petite bibliothèque de psychanalyse » avec Jacques André

Comité éditorial des OCF.P (de gauche à droite) : Michel Prigent, François Robert, Pierre Cotet, Jean Laplanche, Pierre Angoulvent, Janine Altounian, Alain Rauzy, André Bourguignon.  (Photo © Baudoin Picard, PUF, 1988.)

 

Il est lui-même auteur d’une œuvre qui conjugue une approche rigoureuse de la pensée du maître viennois et une élaboration de nouveaux cadres théoriques pour la psychanalyse. Parmi ses nombreux ouvrages, on peut citer Nouveaux fondements pour la psychanalyse, Problématiques ou encore le Vocabulaire de la psychanalyse, qu’il co-signa avec J.-B. Pontalis.

Pierre Cotet
assure la direction éditoriale. François Robert est le précieux spécialiste de la terminologie ; il enseigne d’ailleurs la traductologie. Janine Altounian, « gardienne du trésor de la langue allemande » est la « mémoire vigilante » de l’équipe : c’est elle qui veille à l’harmonisation des textes. Alain Rauzy, médecin et psychiatre, a en charge tout l’apparat critique et vérifie les — nombreuses — notes de bas de page.

Comité éditorial des OCF.P (de gauche à droite) : Michel Prigent, François Robert, Pierre Cotet, Jean Laplanche, Pierre Angoulvent, Janine Altounian, Alain Rauzy, André Bourguignon.  (Photo © Baudoin Picard, PUF, 1988.)

Oeuvres complètes de Freud : collection "Oeuvres complètes de Freud" des PUF
Sigmund Freud
Oeuvres complètes de Freud
Sous la direction de Jean Laplanche, André Bourguignon, Pierre Cotet : traduit de l'allemand par Janine Altounian, André Bourguignon, Pierre Cotet, Alain Rauzy, François Robert et al.
français
2002

L’écriture de soi peut-elle dire l’histoire ?

Actes du colloque organisé par la BPI les 23 et 24 mars 2001 dans la Petite Salle du Centre Pompidou à Paris

« De l’écriture de soi à l’écriture de l’histoire, il y va d’une construction narrative. Pour autant, tracer une analogie ou même délimiter les rapprochements entre ces deux registres d’écriture n’est résolument pas le propos de ce livre.

Dire l’histoire : le récit historique suppose, entre autres conditions, une adresse, un destinateur et un destinataire. Cette adresse est complexe, destinateur et destinataire étant l’un et l’autre pluriel, mettant à l’œuvre différents réseaux d’interlocution, impliquant tout à la fois de multiples appartenances et le sol commun de l’appartenance humaine.

L’écriture de soi peut-elle dire l’histoire ?
Janine Altounian, Paul-Laurent Assoun, Claude Burgelin, Antonia Fonyi, Georges-Arthur Goldschmidt, Philippe Gutton, Simon Harel, Jean Hatzfeld, Ghyslain Lévy, Philippe Mesnard, Claude Mouchard, Alain Parrau, Régine Robin, Anne Roche, Jacqueline Rousseau-Dujardin, Carine Trevisan, Claude Vigée, Annette Wieviorka.
BPI
coll. BPI en actes
Jean-François Chiantaretto
français
2002
262
2842460596

La question de l'analyse profane - Die Frage der Laienanalyse

L'ouvrage

En 1926, la psychanalyse est reconnue comme un procédé thérapeutique qui a fait ses preuves, mais à Vienne on veut interdire à un non-médecin, Theodor Reik, de l’exercer. Freud intervient dans le débat avec ce texte-manifeste qui resitue la psychanalyse dans sa perspective historique. Il y est question non seulement de l’analyse profane, mais aussi de la théorie du moi et de sa fonction dans l’appareil psychique. La discussion se poursuivra sur tous ces problèmes avec les élèves de Freud en Europe et en Amérique.
 
La question de l'analyse profane - Die Frage der Laienanalyse
Sigmund Freud
Folio bilingue, n° 113
Traduit de l'allemand par Janine Altounian, André et Odile Bourguignon, Pierre Cotet et Alain Rauzy
J.-B. Pontalis
allemand
2003
288
2-07-042009-4
Syndiquer le contenu